Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 08:33

   Les lieux habités par l'homme sont fréquemment caractérisé par des mots désignant la maison. « Maison » est issue de mansionem (accusatif de mantion), de la famille du latin manere « rester, demeurer ». Le terme apparaît rarement seul, trop courant pour se passer d’un élément déterminant. En Vendée, sont issus de manere des noms formés avec –main « maison » comme La Mainborgère, avec –mans comme Manfray « maison froide », Le Mans et Le Mans Brun – qui n’ont aucun rapport avec Le Mans dans la Sarthe, capitale des Gaulois Cenomani ou Cenomanni. Mes ou , mai, may,meix… apparaissent dans Le Mée (Eure-et-Loir, Mesum 1192), Les Mées (Sarthe, Manso 1028), Meys (Rhône) ; on les panneau-mas-blanc-des-alpilles.pngtrouve dans Beaumetz (Pas-de-Calais), Messas (Loiret) avec le latin arsus « brulé », Royaumeix (Meurthe-et-Moselle) avec royal. La langue d’oc qui, elle, utilise le dérivé mas, possède des toponymes comme Mas-Blanc-des-Alpilles (Bouches-du-Rhône), le Mas-Grenier (Tarn-et-Garonne) ou le Mas-d’Azil (Ariège).


   Parmi les dérivés des mansionem, le bas-latin a créé un nouveau terme, mansionile, devenu en français médiéval maisnil, mesnil, « maison avec terrain ». Il en existe des quantités, avec ou sans déterminant. Si le Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) évoque le terrain crayeux (XIe siècle), Ménilmontant, village rattaché à Paris en même temps que Belleville en 1860, serait, d’après Marianne Mulon*, un mesnil-Mautemps, du nom d’un possesseur, encore qu’une charte de 1224 latinise le nom en mesnilium mali temporis « mesnil du mau(vais) temps » ; les pentes de Ménilmontant ayant, de toute façon, favorisé la déformation en montant.


   Les « Maison-Rouge » seraient-elles d’anciennes auberges situées le long des voies romaines ? Certaines sans doute. Mais, hormis quelques exemples (Rouge-Maison dans l’Aisne, la Marne, le Pas-de-Calais), Maison-Rouge conserve l’ordre substantif –adjectif du français moderne, plaidant pour le caractère récent de la formation. Par ailleurs, l’adjectif « rouge » peut caractériser n’importe quel bâtiment de cette couleur, sans que l’on puisse établir systématiquement un lien de proximité avec une voie.

Autre mot du bas-latin, casa, au sens de « maison » à, lui aussi, fourni d’innombrables toponymes, formés sur chese, chiese en langue d’oïl, sur casa en langue d’oc. S’il a lui-même disparu du vocabulaire français, il a tout de même engendré la préposition chez (d’abords chiés, 1130-1160), très employée devant des noms de personnes : Chez-Fortuneau, Chez-Gallant, Chez-les-Gens, Chez-les-Rois (Charente-Maritime). Les dérivés peuvent être seuls : La Chaise (Aube, Charente), La Chase (Lozère), La Chèze (Côtes-d’Armor), Caix (Somme), La Quièze à Saméon (Nord), Kiesa 1221, avec une phonétique picarde, ou s’accompagner de déterminants : Casefabre (Pyrénées-Orientales) avec faber, forgeron ; Casalta (Corse) « maison haute », Chèzeneuve (Isère). Dans le midi de la France, les dérivés donnent ; La Chaze-de-Peyre (Lozère), et les divers Cazals (Ariège Lot, Lot-et-Garonne), Cazaux (Ariège, Haute-Garonne, Gers, etc…)

Chaze-de-peyre
 Chaze-de-peyre2

  Borde « cabane, maisonnette, métairie » est un mot d’origine germanique (francique bort « planche », d’où borda « cabane » en latin tardif), désignant d’abord la maison isolée, puis des hameaux : La Borde (Aisne, Aube, Haute-Marne, etc…), Les Bordes (Cher, Côte-d’Or, Loiret, etc…). On connaît des dérivés Le ou Les Bourdeaux (Vienne, Deux-Sèvres), Bourdigal et Bourdigaux en composition Bordesoulle (Vienne) soulle « seule ». Quant à la ville de Bordeaux  (Gironde), elle est mentionnée dans l’Antiquité romaine sous le nom de Burdigala, mais l’évolution phonétique qui a abouti au pluriel Bordeaux et laisse supposer une interférence avec le mot germanique borde, n’est pas claire. Dès le VIIe siècle, est attestée une forme Bordel, puis on trouve au XIIIe siècle, Bordeu.


  Certains toponymes ont une connotation régionale. Pierre Gauthier** nous apprend queBourrines photographiées vers 1890 par Jules-César Robuch La ou Les Bourrine(s) se trouvent tous dans le marais breton-vendéen (18 exemples), dont ils évoquent l’habitation typique : « celle-ci tire son nom d’un adjectif formé sur le mot bourre désignant ici les joncs servant à la couverture ; à l’origine, on disait maison bourrine sur le modèle de maison teubline « couverte de tuiles » ou chaumine « couverte de chaume ». Le bousillage (Vendée) conserve le terme désignant « le torchis de terre et de paille détrempée » qui permet de construire cette habitation ; on le retrouve à Le Bousillé (Deux-Sèvres) ». En Île-de-France, Senlisse (Yvelines) Scindelicias en 862, n’a rien à voir avec Senlis (Oise), issu du nom d’un peuple gaulois, mais désigne des maisons couvertes de berdeaux (du latin scindula « bardeau »). Quant aux nombreux Malassis, Malassise (la maison de Malassize en 1373 à Voinsles, Seine-et-Marne), ils désigneraient des habitations mal construites, plutôt que mal situées.

 

  * Marianne Mulon, Noms de lieux d'Île de France, éd. Bonneton

** Pierre Gauthier, Noms de lieux du Poitou, éd. Bonneton

 

Photos : La Chaze de Peyre _ christiane53.over-blog.com  -  Bourrines vendéennes _ bourrines photographiées vers 1890 par Jules-César Robuchon

 

Source : L'Archéologue N° 105

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Clovis 10/02/2012 18:45

Bravo, j'ai trouvé cet article très intéressant et très instructif. J'ai appris que Mesnil ne voulait pas dire moulin comme je l'ai toujours crû. Il y a beaucoup de Mesnil..... en Normandie et je
l'avais rapproché aux meuniers.
Merci.

sittelle 31/01/2012 21:01

Des documents sur la toponymie dans ce cas ! en Ile de france également, mais c'est souvent contradictoire ! je m'abonne, OK ! ici dans mon village, Flins (devenu sur Seine pour la Poste qui ne
sait pas lire) origine de l'ancien curé : fluens, en référence à la source miraculeuse à l'origine de l'église St Cloud vers 800; et d'après Dauzat (un vieux Que sais-je) origine gallo-romaine :
Figulinas : accusatif de lieu pour "chez le potier" figulus; et il y a l'argile (j'ai pris de la terre en surface et l'ai cuite au four à céramique, impeccable !), eau et bois; ça continuerait la
tradition des artisans tailleurs de silex du lieu (confirmé et reconfirmé il y a peu par le forage d'un puits à silex par les archéologues des yvelines ). IL y a deux ou trois Flins en France.
Il y a aussi quelques Ham, dont à Cergy et dans le nord; en anglais Hamlet, Ham; hameau de ??? Haim, Heim ??? Bon ne vous embêtez pas avec ça, c'est juste pour un échange toujours plaisant. Je
viens de ranger des bouquins... et en ai retrouvé beaucoup de la Sté Historique de Pontoise, dont le recensement de 1781, très intéressant; j'y ai retrouvé des pépés ! merci, bonne soirée, au chaud
!

sittelle 30/01/2012 16:32

Merci... j'ai plein de documents, mais il y manque toujours des noms !

Lutece 31/01/2012 17:23



Des documents sur quoi ?! Peut-être puis-je vous aider. Dites moi tout sur : lutece@e-stoire.net 0,34 euro la minute
Mais non je rigole c'est gratuit



sittelle 30/01/2012 13:32

Grand et Petit-Mesnil en Vexin et le Bordeau de Vigny... je pensais que borde était une sorte de limite, et une borne de limite de terre; donc les Bordier sont bien des paysans, et toujours par
ici, des maraichers depuis... bien longtemps ! merci, encore un article très intéressant !

Lutece 30/01/2012 16:24



En rédigeant cet article, je me suis dis : "c'est le genre d'article qu'apprécie Sitelle". Gagné !


Merci et à bientôt.



Présentation

  • : Le blog de LUTECE
  • Le blog de LUTECE
  • : Petits dossiers sur des thèmes historiques simples mais serieux
  • Contact

Facebook

Retrouvez et devenez amis du Blog de Lutèce sur facebook

Recherche

English & Deutch versions

1348995815 United-Kingdom-flag1348995857 Germany-Flag

Site sélectionné par :

elu-sdj

Livres à lire sur le blog

Vercingétorix - Camille Jullian

L'oeuvre intégrale cliquez ici

  Essai sur la condition des Barbares - Eugène Léotard

Pour lire cliquez ici

 

Articles à venir

_ La borne militaire de l'Empereur Victorin