Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 23:11

  Geneviève ou Genovefa vint au monde vers 423, non loin de Paris, à Nanterre, qui, à l'époque était une bourgade rurale. Elle est la fille de Géroncia d'origine grecque et de Séverus franque romanisé, qui était membre du conseil municipal de cette ville.
  Alors qu'elle n'était encore qu'une petite fille, elle fut remarquée lors d'un office religieuxsainte-genevieve-enfant.jpg célébré dans la paroisse de Nanterre par Loup, l'évêque de Troyes et Germain, évêque d'Auxerre. Après s'être entretenu avec l'enfant, Saint Germain l'Auxerrois comme l'appelèrent les parisiens, demanda à parler à ses parents.
_ Que vous êtes heureux mes amis, leur dit-il, d'être les parents d'une telle fille ! Sachez que les anges ont fait dans le ciel, du jour de sa naissance sur la terre, un jour de fête et un mystère de réjouissance. Cette petite sera grande devant le Seigneur; et il y en aura plusieurs qui, passant de l'admiration de sa vie à l'imitation de ses vertues, quitteront le péché, et renonçant comme elle, par la profession d'une vie sainte et religieuse, à la chaire et au monde, obtiendront par ce moyen, outre la rémission de leurs péchés, la récompense de la vie éternelle.
  genevieve et saint Germain
  Géroncia ne croyait guère à la révélation de Saint Germain. Quelques années plus tard, elle défendit à sa fille de se rendre à un office religieux. Comme celle-ci insistait, elle l'a gifla, et fût aussitôt frappée de cécité.
  Géroncia resta plongée dans le noir pendant plusieurs mois jusqu'au jour où, alors qu'elle puisait de l'eau pour sa mère, elle ne put retenir ses larmes en pensant au malheur qui frappait sa mère. A son retour, Géroncia lui demanda de faire le signe de la croix sur l'eau qu'elle venait de ramener. Geneviève s'exécuta, un peu surprise. Tout en se lavant les yeux, sa mère lui expliqua qu'ayant compris son erreur, elle avait demandé pardon au Seigneur et ne s'opposerait plus désormais à la vocation de sa fille. Et aussitôt, Géroncia retrouva l'usage de ses yeux.

  En 436, Geneviève reçut le voile des vierges consacrées à Dieu. Elle passe dès lors beaucoup de temps à prier, ne prend que deux vrais repas par semaines (le jeudi et le dimanche), et suit ce régime alimentaire jusqu'à l'âge de cinquante ans où, à la demande de son entourage, elle consent à améliorer légèrement son alimentation.

  Lors d'une épidémie, en 448, Sainte Geneviève fit jaillir dans la forêt de Séquigny (Essonne), une source miraculeuse qui permis de guérir bon nombres d'habitants des environs. Suite à cet évènement, une chapelle fut construite à proximité de la grotte d'où l'eau jaillissait. La forêt finit par être défrichée autour de cette chapelle. Un petit bourg vit alors le jour, Sainte Geneviève des bois.

  Le fait le plus connu de la vie de sainte Geneviève, se passe en 451, lors de l'invasion de la Gaule par Attila, le roi des Huns[1]. Informé qu'Attila après avoir ravagé les grandes villes de l'Est et du Nord de la Gaule se dirigeait vers Paris, les habitants de la ville, terrifiés, voulaient s'enfuir. Mais cela n'était pas du goût de la Sainte, qui réussit à convaincre ses concitoyens qu'en priant ardemment le Seigneur, celui-ci protégerait la ville. Et alors que Paris regorgeait de vivres et de richesses, l'armée hunnique s'en écarta pour fondre sur Orléans.

  Les prières de Geneviève avaient une puissance que tout le monde admirait.
  Un jour qu'elle se rendait dans la ville de Laon, qui était de la province et du diocèse de Saint Denis, un grand nombre de personnes vinrent à sa rencontre pour lui demander d'intervenir en faveur d'une jeune fille qui depuis neuf ans souffrait de paralysie.
  Geneviève se rendit auprès de celle-ci, pria, puis toucha et mania de sa main toutes les parties malades de son corps. La sainte lui commanda ensuite de se vêtir et de se chausser; ce que fit la paralytique qui quitta son lit et sa chambre et rejoignit la foule, comme si elle n'eut jamais été malade.

  Genovefa fit bâtir une église sur l'emplacement du tombeau de saint Denis, premier évêque de Lutèce[2]. Et en tant que religieuse, elle avait sous sa responsabilité un groupe de jeunes filles qui se destinaient à servir le Seigneur.
   Un soir, alors que la nuit était tombée et que le petit groupe, éclairé par la faible lueur d'un cierge, se rendait vers le tombeau de saint Denis, le vent se leva et une averse s'abattit sur le chemin, éteignant la bougie. Plongé dans l'obscurité totale, le groupe était pétrifié. Alors calmement, Geneviève se saisit du cierge, l'effleura du doigt, et celui-ci se ralluma.

  De nombreux miracles jalonnent la vie de sainte Geneviève, comme la fois où elle rendit la santé à un enfant aveugle, sourd et boiteux, en traçant le signe de la croix sur le front du petit, qui aussitôt fut guéri.

  Mais sa vie ne se résume pas à ses miracles, et si son action au sein de la communauté parisienne fut celle d'un guide spirituel, elle eut aussi une grande influence politique.
  Très tôt, elle comprit que les Francs, par leur discipline, leur nombre et leur connaissance de la Gaule, prendraient le contrôle de celle-ci.
  Elle entretenait de bons rapport avec Childéric 1er qui la portait en grande estime; au point qu'il ne pouvait refuser de lui accorder la vie des prisonniers dont elle demandait la grâce.
  À la mort de Childéric, c'est son fils Clovis qui devint roi des Francs. Ayant vaincu Syagrius en 486, Clovis prit possession du nord de la Gaule mais n'entreprit pas une conquête systématique des villes situées sur ce territoire. Un blocus et un harcellement régulier furent organisés durant une dizaine d'années. Et tour à tour, les grandes villes cédèrentet se soumirent à l'autorité franque.
  Par sa position géographique, ses richesses, et son prestige de ville impériale, Paris intéressait beaucoup Clovis. Mais bien que les relations entre Francs et Parisiens furent bonnes, ces-derniers ne tenaient pas à perdre leur indépendance en laissant les Francs s'emparer de leur ville.
  Pendant dix ans, le roi des Francs va faire le siège de la ville. Un siège sans assaut, et Clovis qui tient à faire de Paris sa future capitale ne s'oppose pas fermement au ravitaillement par voix fluviale, organisé par Geneviève.
  genevieve ravitaille les parisiens
  La condition de la reddition de la ville est simple : La conversion de Clovis et de ses hommes au christianisme.
  Guidé par Clotilde, instruit par saint Rémi, et par la grâce de Dieu, Clovis se convertit au christianisme en 498, ou aux alentours de cette année.
  Geneviève accueillie cette nouvelle avec enthousiasme. Dès lors, rien ne s'opposait plus à ce que le roi des Francs entre solennellement dans Paris.
  Et en 509, Clovis fit officiellement de Paris la nouvelle capitale de son royaume.

  La ville avait conservé sa physionomie de l'Antiquité et avait donc comme point principal d'activité l'île fortifiée de la Cité. Les deux rives du fleuve qui avaient commencé à se développer vont poursuivre leur croissance.
  Sur la rive droite, des églises sont construites, elles sont souvent entourées d'un cimetière, comme à Saint-germain-l'Auxerrois, où des habitations sont construites dans ses proches alentours (Tuilleries, Châtelet et Hotel de ville), il en est de même pour Saint-Pierre-de-Montmartre à la différence que l'éloignement de Montmartre du cœur de la capitale en fait une localité bien distincte.
Paris-genevi-ve
  Sur la rive gauche, là aussi les édifices religieux se multiplient. Des églises, des abbayes ou des prieurés sont édifiés, accompagnés dans ses environs d'îlots d'habitations.

 


  Sainte Geneviève mourrut le 3 janvier 502, après une vie passée dans la pratique de toutes sortes de bonnes œuvres. Elle fut inhumée à Lutèce.

 

 Pour Clovis et Clotilde, recevoir la visite de "la vierge de Nanterre" était un grand plaisir. À son contact, le roi et la reine s'enrichirent humainement. Clotilde trouvait en elle un soutient dans sa vie de chrétienne et sa fonction de reine, et Clovis apprit la charité; à distribuer des aumônes, il délivre des prisonniers, et fit bâtir des églises.
  Quelques années après la mort de la sainte,Clovis et son épouse Clotilde, fondèrent une abbaye portant le nom de Monastère des Saints-Apôtres (car dédié aux apôtres Pierre et Paul) à l'endroit ou elle reposait. Sainte Geneviève avait l'habitude de venir prier en ce lieu et empruntait pour cela un chemin devenu par la suite : « rue de la Montagne-Sainte-Geneviève  ». Quant au monastère, il devint la basilique Sainte Geneviève.

abbaye-sainte-genevieve.jpg
                              L'Abbaye Sainte Geneviève (à droite) détruite sous Bonaparte



   À toutes les époques de notre histoire, la mémoire de la patronne de Paris a été extrêmement populaire. 
  En 1129, sous Louis-le-Gros, une cruelle maladie, appelée des ardens, causait d'horribles ravages. Malgré les remèdes et les prières publiques, le fléau persistait toujours, et dans l'espoir de l'arrêter on fit une procession solennelle où l'on porta la châsse[3] de sainte Geneviève à la cathédrale.
  Ses précieuses Reliques, déposées au Monastère des Saints-Apôtres devenu l'église Sainte Geneviève, accomplirent d'innombrablesguérisons. Lors des grands périls: guerres, sièges, épidémies, famines, inondations ou incendies, le peuple venaiten foule auprès de sa. sainte; on faisait alors de grandes processions, la châsse des Reliques en tête, et Dieu ne manquaitpas de montrer sa bienveillance par des Miracles, en réponse aux prières de Sainte Geneviève et à la foi du peuple de Paris.
   Louis XV qui était tombé gravement malade, pria Sainte Geneviève avec ferveur. Rétabli, il ordonna au marquis de Marigny de s'éleverune église pour remerciercelle qui était intervenue auprès de Dieu pour obtenir sa guérison. L'architecte Soufflot fût chargé des plans et on y déposa la châsse contenant les reliques de la sainte.

  En 1793 la Châsse est profanée et ses Reliques furent brûlées pour leur plus grande partie et jetées à la Seine par les révolutionnaires. La monumentale église de Soufflot devint un temple laïc : le Panthéon.

Geneviève est toujours la protectrice et la patronne de Paris, et ne cesse d'être bien veillantepourceux qui savent l'invoquer avec foi.

[1] http://dossierstorique.over-blog.com/article-28419888.html
[2] http://dossierstorique.over-blog.com/article-36467963.html
[3] Coffre où l'on place les reliques d'un saint.

16 genevieve2

Prière à Sainte Geneviève

  Souvenez-vous, très-glorieuse sainte Geneviève, de vos anciennes bontés pour la France. Souvenez-vous de toutes les grâces que depuis quatorze siècles vous n'avez cessé d'obtenir à ceux qui ont eu recours à votre puissante intercession.
  Nous l'implorons encore pour l'église, pour notre pays, nos familles, pour la conversion des pécheurs, la persévérance des justes, le soulagement des malades, la consolation des affligés, pour notre salut à tous.
  Nous remettons avec confiance entre vos mains nos intérêts spirituels et temporels, vous suppliant de vous en charger auprès de Dieu et de veiller toujours sur nous, dans les maux qui nous menacent sans cesse, et de nous obtenir tous les biens que nous désirons dans l'ordre de Dieu.
  Sainte Geneviève, ne soyez pas insensible à nos prières, mais écoutez-les favorablement; daignez les exaucer et nous bénir.
  Ainsi soit-il.

Genevi-ve 1

  Au moment de choisir dans quelle catégorie la vie de sainte Geneviève doit être classé, j'ai une hésitation. Histoire de France ou Catholicisme ?
  Sa vie fut faite de privations, de dévotion, de prières, d'héroïsme. Geneviève adorait Dieu et aimait son pays, sa terre natale, sa culture, ses traditions.
  Le peuple de Paris reconnu en elle, outre un guide spirituel, un conseiller, un meneur politique.
  Childéric puis Clovis eurentplus que du respect pour elle, ils écoutèrent, consultèrent et suivirent souvent les conseils de cette femme qui réalisa de nombreux miracles.
  Les plus anciens manuscrits existants datent du VIIIèmesiècle; ils ont pour source un ouvrage écrit en 520, mais aujourd'hui disparu.
  Dans le modeste et incomplet portrait de sainte Geneviève que j'ai rédigé, sont rapportés quelques uns des nombreux miracles relatés par l'auteur du livre original. De nombreux miracles, très nombreux. Trop nombreux ?
  L'énumération de tout ces miracles embarrasse le lecteur moderne. J'ai eu, il y a peu cette conversation avec Marie-Magdeleine del Perugiaqui a dernièrement écritun excellent petit livre destiné aux jeunes et à leurs aînés, intitulé Ces saints qui protégèrent la France[4] : Aujourd'hui, dans notre France déchristianisée, laïcisée, qui croit plus aux promesses des politiciens qu'à celles du Christ, nous sommes peu en clin à croire qu'un homme ou qu'une femme ait pu ou puisse réaliser, par la Grâce de Dieu, un ou plusieurs miracles. Un, deux, allez, trois miracles passent encore, mais pas plus !
  Mais lorsqu'on lit ou étudie l'histoire, il ne faut jamais oublier de considérer le contexte dans laquelle elle se déroule.
  Au Vème siècle, la ferveur religieuse est grande, chaque épisode du quotidien est la volonté du Seigneur, chaque événement extraordinaire est interprété comme étant une intervention divine.
  Est-il stupide de croire que Dieu ait pu permettre à une personne juste, intelligent et vertueuse, vivant dans une société, certes loin d'être parfaite, mais croyante et pieuse, de réaliser des miracles ?
  L'état républicain débarrassé de Dieu a rendu une partie du peuple athé et l'autre sceptique. Dans ces conditions, non seulement nous avons du mal à croire en la sainteté de certains de nos ancêtres, mais ne sommes nous pas également devenu aveugles aux actions divines ?
  Je classe donc cet article dans la catégorie "Catholicisme", une catégorie essentielle quand on parle d'histoire de France.

[4] http://www.via-romana.fr/?pageid=fiche&prod=100&ftitre=Ces+saints+qui+prot%E9g%E8rent+la+France

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de LUTECE
  • Le blog de LUTECE
  • : Petits dossiers sur des thèmes historiques simples mais serieux
  • Contact

Facebook

Retrouvez et devenez amis du Blog de Lutèce sur facebook

Recherche

English & Deutch versions

1348995815 United-Kingdom-flag1348995857 Germany-Flag

Site sélectionné par :

elu-sdj

Livres à lire sur le blog

Vercingétorix - Camille Jullian

L'oeuvre intégrale cliquez ici

  Essai sur la condition des Barbares - Eugène Léotard

Pour lire cliquez ici

 

Articles à venir

_ La borne militaire de l'Empereur Victorin