Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 17:41

Fondée par les Romains au premier siècle, Rotomagus (Rouen), était la capitale de la Lyonnaise seconde, qui deviendra la Normandie. Jusque-là, la Haute-Normandie actuelle, était occupé par trois tribus gauloises : les Véliocasses et les Calètes au nord de la Seine ; les Aulerques-Eburovices au sud de la Seine.222.jpg

 Aucun vestige n'est resté dans son milieu d’origine. C’est pourtant bien les Romains qui fondèrent la ville à cet endroit de la rive droite de la Seine. Le lieu avait l’avantage, contrairement à la rive gauche, d’être protégé des inondations, et d’être idéalement situé, au carrefour des voies terrestres et surtout fluviales. Rotomagus est reliée à Lutèce mais aussi à la mer. De plus, l’endroit bénéficie de plusieurs sources d’eau grâce au Cailly ou au Robec.

Son apogée se situe au IIIème siècle. La ville, capitale de la province de la Lyonnaise seconde , sera l’une des plus importantes de la Gaule lyonnaise. Il faut imaginer une véritable ville romaine, bâtie sur un plan orthogonal, avec ces termes, son amphithéâtre à l’endroit du donjon médiéval (tour Jeanne d’Arc), son forum, son temple… Aujourd’hui, même dans le vieux Rouen aucun vestige romain ne peut être vu par les visiteurs. La ville médiévale a en fait été construite sur la ville antique, et à chaque fois que l’on creuse, lors de travaux d’urbanisme, de création du métro ou de parking, à quelques mètres de profondeur, on trouve quelque chose. La ville connaît un déclin au IVème siècle. Afin de se protéger des invasions barbares, elle se retranche derrière des remparts et sa taille diminue considérablement.

Pour voir des vestiges gallo-romains, il faut parcourir une cinquantaine de kilomètres, et se rendre dans la ville de Lillebonne. Créée probablement ex nihilo par les Romains sous Auguste (aucune fouille n’a révélé la moindre trace d’occupation gauloise de Lillebonne), Juliobona (la « ville de Jules César ») était la capitale de la tribu des Calètes. Sa situation, à proximité de l’embouchure et près du dernier passage de traversée du fleuve, en fait alors un port idéal, notamment pour les relations commerciales avec la Britannia.

Le choix du site de construction de la cité répond en fait à plusieurs critères : il faut imaginer qu’à cette époque, la Seine touche Le Mesnil et l’aire comprise entre le fleuve et les limites de la ville actuelle est en fait un marais navigable. Une zone abritée propice à la construction d’un port, comme celle qui accueillera Harfleur (Caracotinum).

La seconde raison d’une implantation à cet endroit est une situation idéale à la confluence de deux vallées, permettant un accès facile des hommes et des marchandises entre le fleuve et le plateau. Ce site présent en outre une terrasse alluvionnaire qui descend vers la rivière le Bolbec, offrant un ensoleillement et une protection contre l’humidité du sol du fait de sa faible pente. Le nom antique de la ville de Juliobona viendrait de « bona » et « lulius » (Julien) c’est-à-dire une fondation de l’époque Julio – claudienne (début du premier siècle de notre ère).

Lillebonne a gardé d’impressionnants vestiges qui témoignent de son importance et de sa prospérité durant la Pax Romana. C’est d’ailleurs à Lillebonne que se situe le mieux préservé des amphithéâtres du Nord de la France. Ce monument de spectacle possède une arène d’amphithéâtre ainsi qu’une scène de théâtre. Il est fort probable qu’il n’y ait eu qu’un petit théâtre au début, mais au final l’édifice pouvait probablement accueillir entre 9000 et 10 000 personnes.220

L’édifice, du fait des invasions germaniques, est transformé au IVème siècle en castrum, à l’intérieur duquel les habitants se réfugient. Devenu carrière de pierres, il est « redécouvert » au XVIIIe siècle et classé monument historique en 1840. Aujourd’hui encore en chantier de restauration, il est loin d’avoir livré tous ses secrets… Parmi les illustres vestiges exhumés lors des fouilles à Lillebonne se trouvent une monumentale mosaïque et un Apollon en bronze doré datant de la fin du IIème siècle. Mesurant 1,94 m, cette statue de bronze visible au Louvre, est la plus haute conservée en Gaule.221.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Lutece - dans La Gaule Romaine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de LUTECE
  • Le blog de LUTECE
  • : Petits dossiers sur des thèmes historiques simples mais serieux
  • Contact

Facebook

Retrouvez et devenez amis du Blog de Lutèce sur facebook

Recherche

English & Deutch versions

1348995815 United-Kingdom-flag1348995857 Germany-Flag

Site sélectionné par :

elu-sdj

Livres à lire sur le blog

Vercingétorix - Camille Jullian

L'oeuvre intégrale cliquez ici

  Essai sur la condition des Barbares - Eugène Léotard

Pour lire cliquez ici

 

Articles à venir

_ La borne militaire de l'Empereur Victorin