Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 17:17

Le nom de France [Francia : on prononçait Frann’kia] existe depuis le IVème siècle mais il signifiait simplement terres de parcours des franks. Un groupe de petites tribus guerrières vivant sur la rive droite du Rhin, les Brukt’khari (Bructères), les Khatt’khari (Chattes ou Chattuaires), d’excellents fantassins, les Kwadi (Quades), les Ans’gari (Ansivariens ou Ampsivariens), les Kwamawi (Chamaves), selon Tacite sur les rives de la Sala, s’étaient unis sous un seul nom : les Franks ! C’est-à-dire les Braves. En vieux norrois (Germanique du Nord),Frekkr veut dire Hardy, Courageux, Vaillant.

« Dès leur enfance, ils ont pour la guerre à la passion que l’on a dans l’âge mûr. La mort que les abattre, jamais la crainte. Ils restent sur place, invaincu, et leur courage survie, pour ainsi dire, jusqu’à leur dernier souffle », notera le Gaulois romanisés Sidoine Apollinaire.

Les Franks se livraient aux joies de la razzia chez les Romains, de l’autre côté du Rhin, un jeu très lucratif, et leur nom va être entendu avec son poids de menaces, dans les palais impériaux d’Italie et inscrit la première fois en 289. Il ne désigne alors que les Chamaves. Ce nom farouche de Frank va résonner chaque fois qu’une tribu nouvelle entrera dans la bataille, les Chattuaires en 306 et jusqu’en 315, les Bructaires en 307, les Saliens en 357, les Ansivariens et les Tubantes en 364 et jusqu’en 375. Vengeresse et joyeuse, une chanson de marche romaine célèbre le massacre de milliers de francs, mais cet hymne est du IVème siècle et cette prétendue victoire a été située dans un lointain passé, en 260, alors que le rassemblement franc était encore dans les limbes. Simple exercice d’exorcisme.

Tous les militaires romains de haut grade tenaient, à l’époque, dans leur bagage, un rouleau de douze feuilles : les itinéraires routiers de l’empire, de l’Atlantique au golfe Persique, avec les distances de ville à ville, les rivières, les montagnes et quelques noms de peuples. Cette « carte » très rudimentaire avait été dressée probablement vers 365 par le philosophe et géographe Romain Castorius. Il s’était inspiré d’une peinture du portique Vipsania élevait en 7 avant notre ère par la sœur d’Agrippa. Une copie du XIIIe siècle sera retrouvée avance à la fin du XVe par Konrad Celtes et légué par lui un greffier d’Augsbourg, Konrad Peutinger. Depuis, l’œuvre de Castorius est nommé bien improprement Table de Peutinger. Sur le haut de la première feuille, six lettres imposantes, grâce, s’incruste, face à Nimègue et à Xanten, sur la rive droite du Rhin : Francia[1].

C’était encore, en ce IVème siècle, la France à géographie variable. Quand les franks bougeaient, la France changeait de place. La tortue et sa carapace. Devenue alliés (« fédérés ») des Romains, les franks s’installent dans les bouches du Rhin, côté occidental (les actuels Pays-Bas). Puis ils font tache du huile vers le sud, repoussant la frontière toujours plus loin : Tournai, la Somme, la Seine, la Loire... Chaque fois, la France doit suivre, mais nous n’en avons aucune mention contemporaine. Lorsqu’en 508 et Clovis est habilité le siège du royaume à Paris, tout le pays alentour, c’est inévitable, va porter le nom de France.

Ceux qui entourent le conquérant sont appelés les franks Saliens du nom de la Sala (l’IJsel des néerlandais), un bras du Rhin formant delta ou stationnaient leurs ancêtres. Combien sont-ils donc que ces franks ? Seulement cent mille, estime-t-on. Et les Burgondes ? Cinquante mille. Pour les assimiler, il y a entre six et dix millions de Gaulois (que l’on nomme des « Romains »).

Au VIème siècle, l’implantation a pris. Penché sur son papyrus en quête des origines des franks, Grégoire de Tours use cette fois du mot. Il suit le voyage du mot France jusqu’à son terme. En 567 – 568, il est dans la région parisienne : in Francia veniens… . La France est désormais une « certaine idée ».Carte-de-France---VIe-siecle.jpeg

Face au pluriel Gaules, notions géographiques, largement, très largement, utiliser encore, le singulier Frans est, lui, chargé d’un contenu politique. Au-delà même de son nom, la France reçoit, en ce temps, sa légitimité. Son indépendance est reconnue en ce VIème siècle par la principale autorité de l’Occident. Alors que le conquérant romain avait nié la personnalité gauloise en la noyant dans l’annexion administrative et le génocide culturel, l’empereur de Byzance Justinien reconnaît la France. Le 13 août 554, il publie sa Pragmatique sanction où il déclare l’Italie partie intégrée de l’empire d’Orient et affirme son autorité sur le pape de Rome lui-même. Pas un mot sur la France. Pour lui, elle est libre et indépendante. Son Codex (529, son Digeste (533) et les Novelles (535 – 555) ont force de loi de la frontière perse à l’Espagne, du Danube au Sahara. Non en France. Ici, ce sont la lex salica, la loi Gombette, le bréviaire d’Alaric ou le vieux code théodosien qui composent le corpus juridique[2].

Seize ans plus tôt, en 538, l’empereur Justinien s’était étranglé de surprise, si l’on en croit Procope de Césarée, en découvrant une pièce d’or frappées au nom de Tibère Ier. Esprit hardi et sûr de lui, ce roi frank avait compris que battre monnaie à son nom était un fondement indispensable de la souveraineté.

Dans la déclaration implicite mais minutieuse du droit des états, une nation reçoit son acte de naissance le jour où lui est reconnue l’aptitude à vivre sous ses propres lois et à battre sa propre monnaie. Voilà qui est fait. En réalité, au-delà du droit et des emblèmes, la France est seulement en train de naître dans l’alliage gallo-frank.

 

[1]Cette France rhénane est aussi mentionnée par La Cosmographie de l’Anonyme de Ravenne : «quae dicitur Francia rhinensis… »

[2]Le code de Justinien ne sera connu en France que six siècles plus tard en 1137.

 

Source : Brunehilde La première Reine de France, Roger-Xavier Lanteri éd. France Loisirs

Image : http://www.lefauteuildecolbert.fr

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de LUTECE
  • Le blog de LUTECE
  • : Petits dossiers sur des thèmes historiques simples mais serieux
  • Contact

Facebook

Retrouvez et devenez amis du Blog de Lutèce sur facebook

Recherche

English & Deutch versions

1348995815 United-Kingdom-flag1348995857 Germany-Flag

Site sélectionné par :

elu-sdj

Livres à lire sur le blog

Vercingétorix - Camille Jullian

L'oeuvre intégrale cliquez ici

  Essai sur la condition des Barbares - Eugène Léotard

Pour lire cliquez ici

 

Articles à venir

_ La borne militaire de l'Empereur Victorin