Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 18:24

  En 125 avant Jésus-Christ, Massalia (Marseille), menacée par ses voisins, appelle Rome à son secours, comme elle l'a déjà fait à deux reprises auparavant.

 

  Cette fois la crise est très sérieuse, car les Salyens assaillent la cité fondée en - 600 par des grecs originaires Grèce continentale, venus de Phocée, une cité d'Asie mineure située sur la côte de la mer Égée, dans le golfe de Smyrne (aujourd’hui Izmir en Turquie) où ils s'étaient installés au IXè siècle av. J.C.

  Les Salyens, ce sont des Celto-ligures, une fédération de peuple composée de Gaulois installés entre le fleuve Var, le Lubéron et le Rhône, ainsi que de Ligures originaires des Alpes du sud.

carte-salyens

  La République, fidèle à son alliance, envoie ses armées. Mais après avoir triomphé de ses ennemis, Rome ne repasse pas les Alpes, et conquiert le sud de la Gaule.

  Dès le début de son intervention, Rome ne vise pas seulement à défendre la ville amie. Elle a également pour but de défendre ses intérêts : car les Salyens, qui bloquent Massalia et contrôle depuis l'oppidum d'Entremont les voies de communication du commerce entre celle-ci et la Gaule, menace le négoce italien qui transite par la cité phocéenne et ses comptoirs. Enfin, Rome voit dans la campagne le moyen de s'emparer de terres à distribuer à son peuple.

  Deux expéditions menées par les consuls Fulvius Flaccus et Sextius Calvinus, sont nécessaire pour venir à bout des Salyens. Massalia est libérée et les oppidums salyens d'Entremont, Roquepertuse et Baou Roux sont détruits. En - 122, pour assurer la mainmise romaine sur les routes commerciales, Sextius Calvinus fonde la forteresse d'Aquae Sextiae (Aix en Provence), où il installe des garnisons romaines.

 

  De nombreux guerriers salyens ont fuit en remontant de Rhône et ont averti les principaux peuples gaulois de la région du fait que les romains semblent vouloir se lancer dans la conquête de la Gaule transalpine.

  Les Arvernes, les Allobroges, et leurs alliés se préparent alors à une terrible guerre punitive. Les Romains bénéficient de renseignements gaulois venant de groupes dominés qui indiquent une probable descente imminente le long du Rhône afin d'y mener une expédition punitive, au cours du début de l'année - 121. La peur d'une vaste coalition envahit les dirigeants romains. Il faut empêcher qu'un revers militaire soit préjudiciable à la première colonisation amorcée par Sextius Calvinus et agir de manière déterminée en combattant de façon séparée les deux peuples qui entretiennent heureusement des relations méfiantes.

  Domitius Ahenobarbus, successeur de Sextius Calvinus, s'empresse d'attaquer lesromain-gauloisAllobroges, habitants de la région correspondant au Dauphiné et à la Savoie, sous le prétexte qu'ils ont donné asile aux chefs salyens vaincus. Les Arvernes emmenés par leur roi Bituit tentent de venir en aide aux Allobroges, mais sans succès. Ils s'élancent alors contre les légions romaines, mais, près de Bollène, Quintus Fabius Maximus, collègue d'Ahenobarbus, leur inflige une cinglante défaite. Capturé par ruse, le roi arverne est envoyé à Rome pour figurer au triomphe de Quintus.

  L'obstacle arverne éliminé, les deux consuls poursuivent la conquête de la province. Ils s'emparent des territoires et itinéraires situés entre le Languedoc et la rive droite du Rhône et de la Saône pour posséder la maîtrise du trafic commercial.

 

  Le calme étant revenu, Domitius Ahenobarbus, entreprend, entre - 120 et - 117, d'organiser narbonnaisela nouvelle province de Rome : la Transalpine, qu'on appellera plus tard la Narbonnaise. Il fonde la Colonia Narbo Martius (Narbonne), première véritable colonie romaine hors d'Italie. Les colons qui s'y installent sont des citoyens romains civils et, dans une moindre mesure, des vétérans démobilisés. Narbo Martius, reliée à l'Italie par la voie Domitienne aménagée par Domitius Ahenobarbus, qui va du col de Montgenièvre à l'Espagne, commande tout le trafic commercial italien en direction de l'Espagne, de l'Aquitaine et de l'ouest de la Gaule. Carrefour de communication, elle est aussi le siège du gouvernement provincial et un centre stratégique et militaire.

  L'administration de la province est confiée à un gouverneur, délégué du sénat romain, qui a autorité civile et militaire, et qui est assisté par un légat, ou adjoint militaire, et un questeur, chargé de collecter les impôts.

pont-julien-narbo

                  Pont Julien qui franchi le Cavalon sur la Via Domitia à Narbo Martius

 

  L'exploitation du pays se fonde sur la reconnaissance de trois sortes de peuples : tout d'abord, les peuples soumis, c'est à dire ceux qui ont été vaincus et dont le sol est devenu propriété romaine, et qui peuvent demeurer sur leurs terres, mais sont soumis au paiement de redevances considérables; puis les peuples alliés, comme les Massaliotes, qui conservent leur indépendance ou ont des droits spéciaux; enfin les citoyen romains, qui sont protégés par le droit de Rome.

 

  Les Gaulois supportent mal la domination romaine et se révoltent à plusieurs reprises. En 90, les Salyens, qui se sont rebellés, sont battus par les soldats romains. Une partie de leurs terres est attribuée aux Massaliotes. En - 77, les Voconces, les Allobroges, les Volques Tectosages de la région de Toulouse se soulèvent à leur tour. Ils sont ramenés à la raison par l'armée entre - 76 et - 74. En - 62, les Allobroges se révoltent à nouveau. Depuis - 69, ils se plaignent des exactions commises par le gouverneur Fonteius, et connues par le plaidoyer fait en sa faveur par Cicéron, le Pro-Fonteio : pillages, droits de douane prohibitif sur le vin, réquisitions abusives, achats d'exemption d'impôts... En - 63, l'envoie d'une délégation à Rome pour exposer les griefs de la population n'obtient pas de résultat. Un an après, en - 62, la révolte éclate. En - 61, l'armée y met fin violemment. Dès lors, le calme règne dans la province pacifiée.

Sa romanisation se poursuit lentement et ne touche que les élites gauloises. Mais elle est bien réelle, comme l'atteste la fidélité à Julius Caius César au cours de la guerre des Gaules.

 

Sources : Les grands événements de l'Histoire de France - éd. Larousse _ La celtique méditéranéenne - D. Garcia éd. Errance

En cliquant sur la pub, vous me ferez gagner quelques centimes qui me permettront d'acheter des livres ou des magazines afin de me documenter en vue de nouveaux articles

Partager cet article

Repost 0
Published by Lutece - dans La Gaule Romaine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de LUTECE
  • Le blog de LUTECE
  • : Petits dossiers sur des thèmes historiques simples mais serieux
  • Contact

Facebook

Retrouvez et devenez amis du Blog de Lutèce sur facebook

Recherche

English & Deutch versions

1348995815 United-Kingdom-flag1348995857 Germany-Flag

Site sélectionné par :

elu-sdj

Livres à lire sur le blog

Vercingétorix - Camille Jullian

L'oeuvre intégrale cliquez ici

  Essai sur la condition des Barbares - Eugène Léotard

Pour lire cliquez ici

 

Articles à venir

_ La borne militaire de l'Empereur Victorin