Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 22:54

  Au VIè siècle, le pouvoir en Gaule est détenu par une dynastie d'origine germanique : les Mérovingiens. La Gaule romaine disparaît progressivement, faisant place au royaume des Francs, établit par Clovis, agrandie par ses fils, et qui deviendra la France.

 

  La romanisation de la Gaule s'était faite par l'intermédiaire de l'administration du pouvoir romain et la composition de la population avait peu changé.

  Les invasions barbares, puis l'installation des Francs Saliens sur les terres gauloises s'accompagnent d'un transfert de population infiniment plus importante que celui que représentait la colonisation romaine, sauf peut-être dans la région de Narbonne et, à la frontière, dans la région de Trèves.

 

  Le peuple de Gaule a accepté d'être guidé par ce roi barbare qu'est Clovis, et sa conversion au catholicisme y est pour beaucoup. Les Gallo-romains paraissent n'avoir qu'un désir : s'assimiler aux Francs, devenir francs eux-mêmes. Une seule région restera plus ou moins rebelle à l'influence franque : c'est l'Aquitaine. Les Mérovingiens ne cesseront de se disputer ce territoire entre Loire et Pyrénées dont une partie, à la fin du VIè siècle sera envahie par les Basques venues d'Espagne.

 

  L'intégration des Francs et l'acceptation de leur installation en Gaule trouve témoignage dans le grand nombre de noms de lieux et de noms de personnes ayant une origine franque. Citons par exemple les noms en anga ou ange dans la Belgique wallonne et la Lorraine, en ans en Franche-Comté, en ens ou en ins en Savoie.

  Les gallo-romains dès le VIIè siècle, adoptent les noms francs, si bien qu'à partir de cette époque, il devient difficile de distinguer l'origine germanique ou gallo-romaine des personnages.

  Straban avait d'ailleurs dit que si les Germains diffèrent quelque peu des Celtes par leurs traits physiques, ils s'en rapprochent " par l'aspect, les mœurs et les lois".

  Il paraît évident qu'entre le peuple celte et les peuplades germaniques, franques surtout, existaient des affinités que l'occupation romaine n'a pas fait disparaître. Le peuple gaulois qui s'était soumis aux règles de l'occupant, y trouvant son compte dans de nombreux domaines, retrouve chez les Francs de nombreuses similitudes dans la manière de vivre, dans le comportement domestique et privé. Les Gallo-romains, majoritairement d'origine celte, se sont peut-être un peu retrouvés eux-même sous le règne des mérovingiens.

 

  L'héritage romain n'est pas pour autant jeté aux oubliettes, et malgré le bouleversement qu'occasionne la chute de Rome et l'avènement des rois Francs, les services publiques : entretien des routes et des ponts, fonctionnement de la poste, et même la mise à jour du cadastre restent les mêmes. On continue de percevoir dans les bureaux de péage et de douane les taxes perçues sous l'Empire. Les corvées et prestation diverses, les taxes prélevées dans les marchés sur la vente des denrées, sont sensiblement les mêmes que dans les siècles précédents.

 

  Il y a un domaine où la transformation de la société est significatif : le droit civil.

  Celui-ci repose avant tout sur une conception très puissante du mariage et de la famille, et cette conception marquera toute l'histoire du peuple français; elle en sera même l'élément de base.

 

  La famille.

 

  En droit romain la famille ne représente qu'une unité assez indécise. Elle ne vit en fait que par la personnalité du père qui possède à la fois l'autorité du chef et celle du prêtre. Le pater familias a le droit de vie et de mort sur tous ceux qui composent la famille : femmes, enfants, esclaves et même la clientèle. Ce pouvoir lui est attribué pour toute sa vie; ses enfants restent, quel que soit leur âge ou leur situation, sous la dépendance, y compris les fils mariés, à moins qu'ils n'aient été émancipés. La seule parenté reconnue est la parenté par les mâles; et c'est le père seul qui hérite de ses enfants dans le cas où ceux-ci possèdent quelques biens d'origine extra-familiale et meurent avant lui. Le patrimoine reste la propriété absolue et individuelle du père de famille, qui a le droit de régler à son idée les ventes ou les échanges, et de disposer à sa volonté de ce bien par testament.

 

  Ajoutons que le divorce, admis chez les Romains par simple consentement mutuel, donne à cette famille peu de fixité.

 

  Le contraste est absolu avec la famille franque. Celle-ci repose non sur l'autorité d'un homme, mais sur les liens qui unissent les personnes d'un même sang, qu'elle se rattache au père ou à la mère. C'est l'association naturelle entre parents issus d'un même ménage, qui se doivent protection mutuelle et jouissent en commun du bien familial. Dans les pays du Nord de la Loire, où la coutume franque l'a emporté sur toute autre, l'habitat lui-même a traduit ce sens de l'appartenance commune de tous les membres de la famille à un même foyer : la pièce principale de la maison est une salle commune à tous, des plus jeunes aux plus âgés. La famille se comprend comme le groupement de tous ceux qu'abrite le même toit.

 

maison-franque 2

                                                                                     Foyer Franc

 

  Dans cette famille franque, le père n'est pas un maître absolu; il est plutôt considéré comme une sorte d'administrateur, de gérant pour le compte de la communauté. C'est la famille toute entière, considérée comme une unité caractérisée, qui est propriétaire. Aussi ne reconnaît-on pas au chef de famille le droit de disposer de ses biens par testament. Si l'un des membres de la famille veut vendre telle ou telle partie de son bien, les autres ont priorité pour les racheter (même s'il ne s'agit que de parents éloignés, cousins, neveux, dont le patrimoine est différent).

 

Jeunes-francs

                                                             Jeunes Francs

 

  Le pouvoir du chef de famille se réduit à un droit de protection, de sauvegarde; il s'agit en fait d'un devoir beaucoup plus que d'un droit. Et c'est la raison pour laquelle la femme ne peut, selon la coutume des francs saliens, hériter d'un domaine; car elle n'aura pas la force de le défendre en un temps où le droit de guerre privée existe encore, bien que réduit. Quant aux enfants, ils acquièrent leur indépendance dès leur majorité : 12 ans chez les Francs Saliens. Il faur ajouter que l'enfant majeur, bien que pleinement indépendant, gardait l'appui de sa famille. La solidarité familiale est le caractère essentiel de la société franque et comme les liens du sang sont indissolubles, on en jouit toute sa vie; l'enfant majeur peut s'installer où il veut, mais au point de vue du droit il continue à jouir de l'appui de ses frères.

 

  Dans la loi salique, lorsqu'un membre d'une famille commet un délit, la responsabilité de tous les membres est engagée pour le paiement de la réparation; et inversement tous les membres de la famille ont droit à la composition versée si l'un d'entre eux a été victime d'un délit ou d'un meurtre. Celui qui veut se soustraire à cette responsabilité collective par laquelle la famille est considérée comme un être unique doit faire publiquement acte de désaveu : il se rend au tribunal avec les siens, brise sur sa tête trois baguettes d'aulne, en jette les morceaux aux quatre coins de la salle et déclare solennellement son abandon de l'héritage familial. Hors cette renonciation publique, il a part à tous les heurs et malheurs qui atteindront les siens. À la permanence de la famille est lié celle du patrimoine, qui ne peut être aliéné et n'est jamais considéré comme une propriété individuelle.

 

  La mariage qui est l'élément constitutif de la famille, fera l'objet d'un prochain article.

 

  Source : Histoire du peuple français - Tome I - Régine Pernoud _  La famille à l'époque mérovingienne - Charles Galy

  Photos empruntées à l'excellent site : http://www.museedestempsbarbares.fr/index.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sittelle 10/12/2010 20:49


J'ai cliqué trop vite : je vous souhaite un bon rétablissement.


Lutece 14/12/2010 01:08



Merci beaucoup, c'est très gentil !



sittelle 10/12/2010 20:48


Merci de votre lettre d'information et des documents (je retrouve le cher Alix qui m'avait bien aidée lors d'une interro en 5° au lycée, en 1960 ! j'ai les albums originaux, chipés par mes filles
et petits-enfant) Je la transmets à une amie blogueuse Auvergnate férue de cette histoire. J'attends la suite de votre article et la condition des femmes, merci. Bien cordialement.


Présentation

  • : Le blog de LUTECE
  • Le blog de LUTECE
  • : Petits dossiers sur des thèmes historiques simples mais serieux
  • Contact

Facebook

Retrouvez et devenez amis du Blog de Lutèce sur facebook

Recherche

English & Deutch versions

1348995815 United-Kingdom-flag1348995857 Germany-Flag

Site sélectionné par :

elu-sdj

Livres à lire sur le blog

Vercingétorix - Camille Jullian

L'oeuvre intégrale cliquez ici

  Essai sur la condition des Barbares - Eugène Léotard

Pour lire cliquez ici

 

Articles à venir

_ La borne militaire de l'Empereur Victorin