Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 10:38

  L’importation de vin dans le monde celtique n’est attestée qu’à partir du dernier tiers du VIe siècle avant Jésus Christ, et plus massivement, tout au long du Ve siècle, par la présence dans les habitats de fragments d’amphores de transport, pour la plupart originaire de la cité phocéenne de Massalia.

  Les tessons d’amphores retrouvés, l’ont été dans de riches habitats de hauteur qualifiés de « princiers », mais aussi dans les grandes agglomérations commerciales et artisanales, comme Bragny-sur-Saône en Bourgogne ou Bourges dans le centre de la France.

C’est aussi à cette époque que des vases en bronze étrusques liés à la consommation de vin se font plus nombreux dans les tombes nord-alpines. On en retrouve dans le Centre-est de la France, où ils ont été réutilisés comme urnes cinéraires, mais surtout dans les régions du Rhin moyen, notamment dans la culture, très prospère au Ve siècle, de l’Hunsrück-Eifel. (Culture de l’âge du fer identifiée en Allemagne, dans le bassin inférieur de la Moselle)

 

  Si aujourd’hui le vin Français est un trésor du patrimoine national, si aujourd’hui la juridiction de Saint-Emilion figure dans la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, l’arrivée des ceps dans nos contrées ne s’est pas faite en un jour. Le jus de raisin a images.jpgrencontré bien des résistances avant de s’imposer dans les festins gaulois où les chaudrons étaient traditionnellement remplis d’hydromel (un alcool tiré du miel) et de cervoise, cette bière à base de levures sauvages.

Selon l’archéologue Matthieu Poux, auteur d’une thèse à l’Université de Lausanne intitulée «Vin méditerranéen et rites de boisson en Gaule indépendante », la vigne a dû s’y reprendre à deux fois pour conquérir la Gaule. Deux tentatives séparées par plusieurs siècles, et par un long interrègne où la bière et l’hydromel avaient retrouvé les faveurs des guerriers du Nord.

 

Tout commence vers 600 avant J.-C., quand des colons grecs installent une colonie à Marseille et plantent les premiers ceps sur la côte. C’est le début de la diffusion du vin vers le Nord. Cette tentative initiale se transforme rapidement en succès, explique Matthieu Poux. Puisque l’on retrouve la trace de ces breuvages dans les tombes princières des habitats celtiques du Hallstatt, où ils représentaient le comble du luxe.

Mais, si ces premières exportations connaissent un succès spectaculaire, leur implantation reste éphémère et les Celtes reviennent vite à la bière et à l’hydromel. «La Gaule des IV e et IIIe siècles ne livre plus aucune trace de vin importé, alors que le vignoble marseillais connaît son apogée. Ce recul du vin en Gaule n’est donc pas causé par une crise de la production, mais par un effondrement de la demande indigène», ajoute Matthieu Poux.

Le vin italien débarque

Le commerce du vin vers la Gaule ne reprendra qu’au IIe siècle avant J.-C., à l’époque dite des oppida. Cette fois, le vin italien a remplacé la retsina(le vin grec). «Les marchands italiens ont pris le relais des Grecs, en acheminant de nouvelles amphores (dites Dressel) par dizaines de milliers sur les côtes de la Provence, poursuit l’archéologue. Là encore, la diffusion est fulgurante. On estime à plusieurs millions d’hectolitres le volume de vin importé en moins d’un siècle. Les tessons d’amphores sont si nombreux que les Gaulois les réutilisent pour paver les rues ou construire des murs.»

Contrairement à ce que l’on entend souvent, ce n’est pas la conquête romaine qui a assuré la fortune des marchands de vins italiens qui arrosaient la Gaule. «Les Celtes avaient bien anticipé le mouvement. La demande précède l’offre, assure Matthieu Poux. C’est un net accroissement des besoins indigènes qui a incité les marchands romains à renforcer leur présence en Narbonnaise.»Vignes

Les Gauloises aussi lèvent le coude

Reste à expliquer les revirements des consommateurs celtes qui considèrent tantôt le vin comme le comble du luxe, et tantôt comme un produit de l’étranger qui inspire la plus grande des méfiances. «Mon hypothèse, c’est que ces changements d’attitude reflètent des modifications internes aux sociétés gauloises, répond Matthieu Poux. Ces variations sont culturelles.» Et l’archéologue d’expliquer que le vin marseillais était apprécié par des princes celtes qui avaient adopté un mode de vie à la grecque, à l’image de celui pratiqué par tous les aristocrates européens de l’époque. «Entre 600 et 400 avant J.-C., les sociétés celtes sont très ouvertes. Un vent d’exotisme et de pacifisme souffle sur la Gaule. Le dépôt d’armements se raréfie dans les tombes au profit de services à boire importés du Sud, comme celui qui accompagne la fameuse «princesse» de Vix. C’est une période de grande libération, où le pouvoir religieux recule et où les femmes arrivent au pouvoir. Ce sont également elles (fait exceptionnel) qui boivent le vin.»

Le grand retour aux valeurs traditionnelles

Petit à petit cette « mode » va disparaître, on assiste alors au retour des guerriers, du religieux, le rôle des femmes est plus discret et on redécouverte des boissons traditionnelles comme l’hydromel et la bière. Certains accessoires du banquet antique reviennent également à la mode, comme le chaudron, les seaux en bois et les broches à rôtir que l’on retrouve à nouveau dans les tombes de l’élite. «La Gaule des IV e et IIIe siècles est dominée par une caste d’aristocrates qui revient aux usages du passé et qui abandonne le vin pour d’autres symboles de la puissance, comme les armes et les chars de combat, note Matthieu Poux. Le vin est toujours là, à portée de main, mais les Gaulois n’en boivent plus.» Jusqu’à ce que se produise une nouvelle évolution des sociétés gauloises qui redécouvrent la vigne quelques décennies avant la conquête de Jules César, lequel fera définitivement entrer la Gaule dans le cercle des pays producteurs de vin.

 

Sources : Histoire Antique & Médiévale H-S N° 20 _ Allez Savoir Magazine de l'Université de Lausanne N° 27

Partager cet article

Repost 0
Published by Lutece - dans Les Gaulois
commenter cet article

commentaires

sittelle 22/09/2011 20:36


Un tel article mérite de trinquer à votre santé ! et au vin !!!


Lutece 24/09/2011 15:44



Chère  Sittelle, vous la bloggeuse la plus gentille de la toile. Que Bacchus vous garde !



Présentation

  • : Le blog de LUTECE
  • Le blog de LUTECE
  • : Petits dossiers sur des thèmes historiques simples mais serieux
  • Contact

Facebook

Retrouvez et devenez amis du Blog de Lutèce sur facebook

Recherche

English & Deutch versions

1348995815 United-Kingdom-flag1348995857 Germany-Flag

Site sélectionné par :

elu-sdj

Livres à lire sur le blog

Vercingétorix - Camille Jullian

L'oeuvre intégrale cliquez ici

  Essai sur la condition des Barbares - Eugène Léotard

Pour lire cliquez ici

 

Articles à venir

_ La borne militaire de l'Empereur Victorin