Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 17:12

Oubliées les tragédies grecques et les malheurs de leurs héros, à l’époque Gallo-romaine, les goûts ont changé.

 

Sous la République, avant le règne d’Auguste, les auteurs latins avaient bien tenté d’écrire des tragédies patriotiques inspirées par des épisodes de leur histoire nationale, mais progressivement, oubliant le sujet de la pièce, le public ne s’intéressait plus qu’aux mises en scène, de plus en plus spectaculaires, et aux épisodes sanglants.

Si les intellectuels ont continué à s’inspirer des œuvres grecques, le peuple, lui, voulait surtout s’amuser. Les comédies des grands auteurs comme Plaute et Térence, écrites aux IIIe et IIe siècles avant Jésus-Christ, ont connu un énorme succès.287.jpg

 

L’atellane

 Parallèlement aux pièces tragiques se développait un genre beaucoup plus populaire, sans doute emprunté aux étrusques : l’atellane. Cette farce, assez proche de la commedia dell’arte, mettait en scène quatre personnages qui portaient des masques de convention : Pappus, le vieillard, Doscenus, le bossu, Bucco, toujours affamé, et Maccus, le niais. Leurs péripéties comiques étaient largement inspirées de la vie quotidienne.


Le mime

 D’un autre genre, le mime a duré jusqu’à la fin de l’Antiquité.

Son succès a été tel qu’il a même fini par supplanter toute autre forme de théâtre. Contrairement à la comédie et à la tragédie où les rôles féminins étaient tenus par des hommes, les femmes apparaissaient aussi sur scène dans le mime. Les sujets étaient empruntés à des thèmes légendaires mais on n’y ajoutait des intrigues romanesques, des aventures amoureuses, on tournait les dieux en dérision en les plaçant dans des positions ridicules ou infamantes. On ne respectait rien. Le texte était assez rudimentaire, comptaient uniquement les gesticulations, la danse…  tout ce qui parlait au sens. De la demande du public, les actrices ont fini par paraître totalement déshabillées. Ces spectacles grossiers ont sombré dans la pornographie à la fin du Bas-Empire, jusqu’à leur interdiction par l’empereur Justinien en 502. Pourtant sa femme Theodora avait elle-même été actrice….288.JPG

 

La pantomime

 Genre très apprécié également, il s’agissait d’un spectacle sans parole qui a été introduite à Rome en 22 av. J.-C. elle ne mettait en scène avec un acteur qui jouait à lui seul tous les rôles, accompagné par des chanteurs et un petit orchestre. Les sujets étaient en général inspirés par la mythologie.

Il est probable que le nombre d’acteurs, tous styles de comédies confondues, était très important dans le monde romain étant donné la fréquence des spectacles. Nous manquons de données précises pour les colonies mais il y avait à Rome, en 27 av. J.-C., soixante-cinq jours de jeux publics par an, dont quarante-cinq  réservé au théâtre. À la fin du IIIème siècle de notre ère, en pleine décadence de l’empire romain, on comptait cent quatre-vingt-un jours de spectacles, dont plus de cent réservés aux représentations théâtrales.


Les jeux de scène, les masques

Les acteurs s’agitent sur la scène, vont et viennent, échangent leurs répliques, s’adressent parfois à la foule venue les applaudir. Puis ils disparaissent tour à tour dans les portes du mur de scène, pour revenir quelques instants plus tard, vêtus de nouveaux costumes, avec un autre masque ou une autre perruque. Conduits par le chef de chœur et le claquement de ses talons, des tambourins et des flûtes au son maigre rythment les allées et venues des comédiens, occupent les pauses entre les différents tableaux. De part et d’autre de la scène, dans les deux tours qui l’encadrent, les basilicae, des figurants attendent le moment de leur entrée, en laissant le passage aux machinistes qui transportent les décors. Contrairement aux auteurs grecs, les histrions romains étaient en générale des esclaves ou des affranchis. Certains devaient commencer leur carrière très jeune, si on en juge d’après de stèles gallo-romaines qui ont été retrouvées : l’une porte le nom de Septentrion, mort à 12 ans, l’autre celui de Hellas, pantomime décédée à l’âge de 14 ans. Après avoir reçu une formation, les acteurs rejoignaient une compagnie placée sous la dépendance d’un directeur, lui-même payé par le magistrat de la ville chargé des jeux publics. Parfois, les troupes appartenaient à des notables, comme un certain Eudoxus, à Arles, dont on a conservé le nom. Le directeur de la compagnie achetait les pièces aux auteurs et assurer l’organisation matérielle et artistique de la représentation. L’origine servile des acteurs Romains n’empêchait pas certains d’entre eux d’être des vedettes très recherchées, qu’on réclamait à travers tout l’Empire. On sait aussi que l’impératrice Domitia a succombé aux charmes d’un pantomime nommé Pâris, et que Messaline chercha à séduire un autre célèbre acteur, Mnester, qui avait été le mignon de l’empereur Caligula. S’ils avaient les faveurs du public, les comédiens pouvaient donc s’enrichir et occuper une place enviable dans la société.289.jpg

289b.jpgCes masques, hérités des Grecs et devenus chez les Romains de plus en plus caricaturaux, exprimaient fortement les émotions du personnage. Parfois pathétique, ou bien terrifiant,290.gif quelquefois biface, il symbolisait les comportements : les grandes oreilles indiquent la méchanceté, la pâleur désigne un débauché, tandis que l’amoureux avait les joues rouges… Certains de ces masques, fait en toile durcie, comportait une cavité qui déformait la voix, tandis que d’autres, réalisé dans une matière souple comme la peau, épousaient les volumes du visage de l’acteur. La démarche des acteurs n’était pas non plus naturelle. Ils étaient chaussés de socques qui élevaient leur taille lors des comédies. Pour les tragédies, il portait des cothurnes, chaussures à semelles si épaisses qu’elles en devenaient de véritables échasses.

 

 

Sources : Orange/Vaison-la-Romaine - Les Voyages d'Alix éd. Casterman _ La vie privée des anciens, René Ménard Gallica.bnf.fr

Cet article est dédié à mon amie Barbara

Partager cet article

Repost 0
Published by Lutece - dans La Gaule Romaine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de LUTECE
  • Le blog de LUTECE
  • : Petits dossiers sur des thèmes historiques simples mais serieux
  • Contact

Facebook

Retrouvez et devenez amis du Blog de Lutèce sur facebook

Recherche

English & Deutch versions

1348995815 United-Kingdom-flag1348995857 Germany-Flag

Site sélectionné par :

elu-sdj

Livres à lire sur le blog

Vercingétorix - Camille Jullian

L'oeuvre intégrale cliquez ici

  Essai sur la condition des Barbares - Eugène Léotard

Pour lire cliquez ici

 

Articles à venir

_ La borne militaire de l'Empereur Victorin