Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 15:12

Mosaïque, reflet d’une civilisation, signe de puissance de son commanditaire


La Gaule tombe sous la domination romaine après la défaite d’Alésia en 52 av. J.-C. Elle est unifiée et organisée en quatre provinces administrées par Rome (Belgique, Lyonnaise, Aquitaine, Narbonnaise).

L’habileté des Romains réside dans le fait de ne pas avoir détruit l’aristocratie gauloise, mais plutôt de l’avoir incité à adhérer au système romain par l’intérêt et par fascination vis-à-vis de la grandeur de Rome. Les gaulois vont ainsi devenir des gallo-romains, et non un peuple soumis, bénéficiant de près de trois siècles de paix, Pax Romana, qui va permettre à un véritable développement économique avant les invasions barbares vers 260. Le peuple gaulois peut bénéficier pleinement des apports de la civilisation romaine et profite ainsi d’un mode de vie agréable : développement de la circulation grâce aux voix romaines ; aménagements de l’eau par des thermes et les aqueducs ; installation de grands domaines agricoles avec les grandes villae.

Le Rhône revêt un caractère capital pour le développement du commerce antique. C’est en effet le seul axe nord/sud qui, sur plus de 800 km, descend des chaînes alpines à la Méditerranée. Le Couloir rhodanien s’impose comme une véritable artère de civilisation européenne où circulent les denrées, les cultures et les savoirs. Cette disposition sur le Rhône permet à Saint-Romain-en Gal de profiter d’un commerce florissant et du développement d’un marché régional (culture de la vigne, du blé...).

La mosaïque du calendrier a donc été réalisée à une époque où l’économie est florissante. Cette mosaïque provient vraisemblablement d’un grand domaine où villa agricole.

La villa est un élément fondamental des campagnes. C’est une grande exploitation rurale constituée de bâtiments résidentiels et agricoles au cœur d’un domaine cultivé, qui appartient en général à de riches propriétaires fonciers. La villa réunit donc que des fonctions résidentielles et économiques. Ces deux aspects sont nettement différenciés dans son architecture, par deux ensembles séparés : la partie résidentielle appelée pars urbana et la partie agricole ou pars rustica.0160.gif

La mosaïque symbolise la prospérité de la Gaule, la vigne y est introduite avec la conquête romaine. Dès le premier siècle après J.-C., le vin gaulois concurrence le vin romain. Sur le panneau du foulage du raisin, trois personnages pressent les grappes au pied dans une cuve ; la cuve rectangulaire occupe presque toute la largeur du tableau, elle est vue en perspective et le raisin apparaît en surface. Sur le sol, des baquets recueillent le jus qui s’échappe des trois orifices percés dans la cure . Les deux personnages situés à gauche se tiennent par la main pour ne pas glisser, les traits du visage sont presque inexistants. À droite, le flûtiste rythme au son de son instrument les mouvements de ses deux camarades.

Une mosaïque romaine d’Afrique du Nord, découverte à Cherchell et datant de la seconde moitié du IIIe siècle après J.-C. reprend la même iconographie. La composition est classique mais le style est différent, il n’y a aucune maladresse dans la réalisation, contrairement à la mosaïque du calendrier. Les ouvriers, ceints d’étoffe qui rappellent la peau de panthère, animal dionysiaque, ont l’aspect de satyres. Il semble que cette mosaïque soit le reflet d’une grande œuvre picturale de la partie orientale de l’Empire.

L’iconographie du foulage du raisin et traditionnel elle se perpétue à l’époque paléochrétienne, comme sur la mosaïque de Qabr-Hiram au Liban. Le médaillon central représente, sans trop d’exactitude, un pressoir Avice actionné par deux personnages. Ce système, plus perfectionné, était utilisé en second lieu, après le foulage du raisin aux pieds.0162.jpg

La mosaïque est propice à l’illustration des machines agricoles comme le pressoir à levier, qui reprend une iconographie impériale - plus ancienne - car le pressoir à vis existait en Gaule.

Un autre panneau représente une meule qui est actionnée par un âne, dont seule la vente train est visible, la représentation et maladroite.

Les riches propriétaires des villae accorde un grand soin à l’aménagement et à la décoration des bâtiments résidentiels. Le caractère exceptionnel de certaine mosaïque, au-delà de l’aspect utilitaire et décoratif, délivre un message.

 

Une mosaïque naïve, qui rompt avec les canons de la tradition, mais qui exprime la nostalgie de l’époque augustéeenne


L’analyse de l’iconographie permet d’appréhender la société gallo-romaine, par la précision des métiers et des actes de la vie religieuse. Mais au-delà de ces observations, quelle est la motivation du propriétaire pour faire réaliser une mosaïque d’une telle ampleur dans sa villa, quel en est le sens ?

Pour élucider l’énigme, il faut se tourner vers les auteurs grecs et latins. Dans Les Travaux et les jours, Hésiode, poète grec du VIIIème siècle av. J.-C., prodigue aux agriculteurs des conseilles fondés sur l’observation du ciel et des saisons. Ses idées et ses conseils seront repris tout au long de l’Antiquité, notamment par Virgile, poète latin dans Les Géorgiques. Ce traité rédigé au premier siècle av. J.-C. célèbre la gloire et la politique de nouveaux maîtres de Rome, Octave. En effet, l’empereur souhaite redonner vie à l’agriculture. Au-delà d’une œuvre philosophique ou d’un traité technique, Les Géorgiques ont une portée symbolique. Octave, futur Auguste, proclamera la paix, changera la nature du citoyen romain. C’est à cette époque que Rome devient le centre de la civilisation. C’est donc par cette idée de prospérité de l’Italie que l’on peut comprendre le choix du calendrier agricole, dans une pièce de réception en Gaule. Il s’agit pour le commanditaire de se rattacher à la cité de Rome, à l’Empire, à une même culture identitaire de grands propriétaires et au patrimoine fondateur, la culture grecque.

La mosaïque du calendrier symbolise l’importance de son commanditaire, qui s’attribue le bon ordonnancement de la terre, la prospérité de la Gaule et la puissance de Rome. Les références à l’empire d’Auguste évoquent peut-être le désir de maintenir un statut acquis, malgré des temps troublés. En effet, le IIIème siècle doit faire face à des crises institutionnelles : c’est la fin de la conception de l’État romain, continuateur de l’empire d’Alexandre et de l’hellénisme, ainsi que le début d’une organisation autoritaire de l’État. C’est l’époque des premières incursions des peuples germaniques, qui cherchent à s’établir dans l’Empire, sans se romaniser. Jusqu’à la fin du IVème siècle, les Goths, les Quades, sont tenus en respect au-delà du Danube, fixée en Dacie (Roumanie actuelle) et dans la région de l’Ukraine moderne.

 

L’influence des différents courants esthétiques, de la sculpture et de l’architecture


Au IIIème siècle apparaissent de nouveaux courants esthétiques : l’art provincial de Gaule reçoit les influences d’un art romain, d’origine hellénistique « cultivée », et surtout d’un art romain plébéien (selon R. Bianchi Bandinelli, l’art plébéien doit être pris sérieusement dans le sens d’une classification et non dans le sens d’une opposition sociale entre un art populaire est un art officiel). Les particularités de l’art plébéien sont les suivantes : une étroite union avec les scènes de la vie quotidienne, la représentation de caractères individuels expressifs qui rompent avec l’idéalisation des statues, portraits de l’époque impériale, d’inspiration hellénistique ; comme le portrait d’Auguste en pontife ou0163.jpg l’empereur montre un visage à la fois doux et paisible mais empreint de gravité.

Sur la mosaïque, la posture des athlètes lançant le javelot rappelle la sculpture grecque. Le personnage de droite peut-être comparé à l’Apoxyomène de Lysippe, tandis que le personnage de gauche, évoque le Poséidon. Le mosaïste n’a pas su transporter les parfaites proportion de ses chefs-d’œuvre. On note sur la mosaïque une certaine maladresse : jambes trop longues, bustes disproportionnés, bras épais...

L’influence de l’architecture antique est également présente. La mosaïque reproduit par sa composition les plafonds à caissons qui ornaient les bâtiments de Grèce et de Rome.

Il en est de même pour la bordure de la mosaïque qui reprend des éléments d’architecture : perles et pirouettes, qui existe sur un chapiteau du temple d’Apollon à Didymes.

Les ruptures politiques entraînent des ruptures artistiques. À l’époque Sévérienne les empereurs sont romains, mais originaires des provinces et non de Rome. Ce changement est certainement dû à la prospérité croissante de l’Empire, ainsi qu’à l’abandon du principe de l’adoption au profit de la succession directe. Au premier quart du IIIème siècle après Jésus Christ nous sommes probablement sous le règne de l’empereur Septime sévère, originaire de Tripolitaine, ou de son fils à Caracalla, né à Lyon.

L’expression politique de cet état de fait se traduit par la constitution Antoniniana, en 212 après J.-C., accordant le droit de cité à tous les citoyens libres de l’Empire. Du point de vue artistique, les ateliers s’exportent, les mosaïstes fournissent des œuvres dans tout l’Empire, Rome n’est plus prédominante.

La mosaïque du calendrier est imprégnée d’un art provincial qui s’éloigne de la tradition naturaliste, héritée de Grèce.

À une époque où les menaces commencent à poindre, aucune trace de douleur physique ou morale ne transparaît. Courant qui existait à l’époque hellénistique, comme en témoigne la statue du gaulois mourant : les traits du visage sont rudes, les cheveux hirsutes, le désespoir s’extériorise.

Ce courant « plébéien » figuré sur la mosaïque, s’exprime dans les représentations schématisées d’édifice à fronton triangulaire, par l’utilisation conventionnelle de la couleur noire qui suggère la profondeur. Le sens de la perspective s’est perdu, il ne fait plus parti de la culture figurative du mosaïste viennois, comme le montre les différentes dispositions des colonnes, sur le panneau du foulage de raisin. Les personnages sont situés sur le même plan, le rendu est plat, les ombres sont symbolisées par un trait. Certains détails sont disproportionnés, entraînant une perte de réalisme, comme la taille des raisins sur le panneau des vendanges.

En revanche, la richesse de la palette chromatique et le nombre exceptionnellement élevé des pâtes de verre sur les quatre panneaux centraux manifeste le soin apporté par le mosaïste. La mosaïque de Saint-Romain-en-Gale est une œuvre exceptionnelle, sans parallèle dans la production viennoise ; elle est la plus importante de ces ateliers par ses dimensions et la qualité de sa réalisation, toutefois elle est empreinte d’un indéniable provincialisme.

La présence sur une mosaïque des saisons, de scènes religieuses et de scènes agricoles, concourent à signifier que l’ordre engendre la richesse. Les saisons sont nourricières, les scènes agricoles illustrent cette fertilité.

Les Romains associés le temps à leur vie quotidienne et à la succession des saisons. Le temps avait une importance décisive dans l’agriculture, où l’utiliser raisonnablement signifiait effectuer les travaux à temps, et obtenir une bonne récolte.0164.jpg

Cette mosaïque permet d’aborder différents aspects de la vie quotidienne à l’époque gallo-romaine, vie religieuse, activité agricole. Elle est représentative d’une esthétique nouvelle, certainement réalisé par des ateliers régionaux, ayant un style propre et utilisant des emprunts grecs et romains.

Elle démontre la volonté de la part de son commanditaire d’affirmer son statut social et son attachement à l’Empire romain.

Cette mosaïque se situe à un moment charnière de l’histoire de la Gaule, elle symbolise la stabilité et la prospérité, héritée de la Pax Augusta, juste avant les invasions barbares. La Gaule est touchée en 253, avant l’invasion dévastatrice de 275 – 276, qui bouleversera toute la vie urbaine.

 

Source : article de Véronique Vassal, Histoire Antique N° 39

 

À voir :  La Mosaïque du calendrier agricole : Le destin tragique de Vienne (15 min)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lutece - dans La Gaule Romaine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de LUTECE
  • Le blog de LUTECE
  • : Petits dossiers sur des thèmes historiques simples mais serieux
  • Contact

Facebook

Retrouvez et devenez amis du Blog de Lutèce sur facebook

Recherche

English & Deutch versions

1348995815 United-Kingdom-flag1348995857 Germany-Flag

Site sélectionné par :

elu-sdj

Livres à lire sur le blog

Vercingétorix - Camille Jullian

L'oeuvre intégrale cliquez ici

  Essai sur la condition des Barbares - Eugène Léotard

Pour lire cliquez ici

 

Articles à venir

_ La borne militaire de l'Empereur Victorin