Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 06:53

  On a longtemps crut que les Égyptiens avaient été les premiers à fabriquer de la bière. Or, des découvertes successives ont montré que le Moyen-Orient ancien avait connu ce breuvage. L'antique civilisation sumérienne nous a légué les premières traces écrites concernant la bière connues à ce jour : des textes gravés en caractères cunéiformes sur des tablettes d'argile, remontant à plus de six mille ans, attestent que parmi les victuailles des festins, la bière était omniprésente. Mais il est vraisemblable que les origines de ce breuvage sont encore plus anciennes .

  La bière a dû apparaître, en effet, à l'âge néolithique, dès que les premiers hommes ont commencé à récolter les céréales et à les conserver pour une consommation ultérieure. Par la cuisson des graines et leur fermentation dans l'eau, l'homme des cavernes a pu produire une boisson à la fois nourrissante, désaltérante et se conservant facilement.
  Appelée Sikaru et fabriquée généralement à partir d'orge, la boisson que consomment les Sumériens est déjà un produit complexe. Les Égyptiens montrèrent très tôt une dilection pour "le vin d'orge", qui fut leur boisson nationale. Les techniques de fabrication utilisées à l'époque, décrites sur les fresques de monuments et sur des papyrus, consistaient à broyer en farine les céréales (orge, millet, épautre –› variété de blé), puis, additionnées d'un peu d'eau, à former des pains avant d'être cuites au four, permettant ainsi de les conserver et de les transporter.

  À la même époque, à l'autre bout du monde, les Chinois connaissent également la bière et sont, techniquement, bien plus avancé que les civilisations se trouvant sur les bords de la Méditerranée. Le Tsiou, comme ils l'appellent, est une boisson à base de millet, bien clarifiée et ayant achevé sa fermentation. Il ne s'agit déjà plus de pain liquide, mais d'une liqueur enivrante. Les civilisations grecques et romaines n'accordèrent pas la même faveur à la bière que les Égyptiens qui la leur avaient fait connaître. Elles vont être les premières cultures à se détourner de la bière, au profit du vin, symbole du sang du Christ dès le début de la chrétienté.
   C'est pourtant, sous l'influence de Rome que la bière fut introduite dans la péninsule ibérique, et qui sera à l'origine de la diffusion de la bière en Gaule.
   Les Germains l'adoptèrent au Ier siècle avant notre ère. Ils la fabriquaient avec de l'orge, du froment ou de l'avoine malté et l'aromatisaient avec du miel ou du gingembre. Ils en transmirent l'usage aux pays du nord, qui en firent leur boisson exclusive après le IIIe siècle après J.C. À l'époque, on ne parlait pas de bière, mais de cervesia (“cervoise”). Ce terme évoquait la Ceresis vitis (“vigne de Cérès”) et faisait référence à la légende selon laquelle Cérès, déesse des moissons et des céréales, aurait découvert la boisson et en aurait fait bénéficier les peuples dont les terres ne se prêtaient pas à latonneau.jpg

culture de la vigne. La cervoise était donc appréciée des Gaulois. La popularité qu'elle allait connaître tient notamment, à la crainte des maladies que pouvait provoquer la consommation d'eau de mauvaise qualité. Par sa fabrication, la cervoise apparaissait donc comme une boisson sans risque. De ce fait, elle s'intégra à l'alimentation quotidienne. La préparation ressemblait fort à celle des Anciens. Toutefois, la brasserie progressa. Aux Gaulois revient le mérite d'avoir inventé le foudre et le tonneau en bois. Le premier était réservé à la fermentation et à la maturation, le second à la conservation et au transport.

 

     La fabrication.


  La première étape est le maltage (on trouve des malts dans le commerce). Les Gaulois conservaient leurs céréales dans des silos, les grains germaient au contact des parois et dégageaient du gaz carbonique en quantité suffisante pour éviter que la germination ne s’étende à tout le silo (le gaz carbonique protégeait les grains de l’oxydation). On peut imaginer qu’un jour une Gauloise ait eu l’idée de récupérer ces grains germés, de les griller juste un peu pour les conserver plus longtemps, et le malt était prêt ! La couleur de la cervoise dépendra de l’intensité du grillage : blanc, blond, ambré, chocolat…

Le brassage a pour but de transformer l’amidon en sucre, mutation largement favoriséecervoise-brasseur.jpg par les enzymes et bactéries contenues dans le malt d’orge. On peut mélanger au malt d’orge d’autres malts ou des farines. Un beau jour de printemps, la Gauloise se mit en tête de préparer un gruau avec son orge germée. Quelques tours de meule pour disposer d’une farine grossière, de l’eau chaude, un chaudron, le brassin est prêt. Mais les aléas des travaux domestiques ont éloigné la Gauloise de son feu qui s’est presque éteint… On connaît la suite : le gruau commençait à fermenter !

Pendant longtemps, il y eut des préparations très variées, on parlait de pain qui se boit ou de cervoise qui se mange, cela jusqu’au Moyen-Âge. Le temps passe, les expériences se succèdent jusqu’à  la fabrication du pain levé à la levure de bière et de la bière, ou plutôt de la Cervoise. La mise au point a été délicate, car sans thermomètre il était difficile de maitriser la température de cuisson des ingrédients utiles à la fabrication de la boisson tant appréciée par les Gaulois.

Pour préparer 20 litres de cervoise, faire bouillir 4 litres d’eau, ajouter 8 litres d’eau à température ambiante et jeter 4 kg de malt moulu (eau à 50°). Attendre en remuant, en brassant. Prélever un tiers du mélange, le porter à ébullition et reverser, brasser (mélange à 61°).

Recommencer un peu plus tard (mélange à 72°), brasser. Filtrer à travers un tissu (le résidu, les drèches, contient encore du sucre et sera utilisé en cuisine). Passer huit litre d’eau très chaude (deux tiers d’eau bouillante pour un tiers d’eau à température, soit 78°), mélanger et laisser reposer. L’originalité de le cervoise tiendra à la qualité de l’eau, au mélange de malts, aux assemblages complexes, aux degrés de caramélisation, en un mot aux secrets de fabrication

Le mélange brassé, procéder à la fermentation après avoir aromatisé la cervoise (l’appellation de bière est réservée aux cervoises aromatisés au houblon). On fait bouillir le mélange avec des plantes aromatiques : des fleurs de sureau séchés, de l’aneth, des racines de benoîte, de la camomille… et on chaptalise avec du miel !

La fermentation « haute » est la plus simple, elle se déroule à température ambiante (18 à 24° C). Ajouter les levures, de préférence après les avoir délayées dans un fond de cuve avec un bol d’eau sucrée tiède. Mélanger, laisser fermenter une semaine. Rien n’est simple, il faut choisir la levure spécialisée, à moins de prendre simplement de la levure de… bière.

La cervoise est terminée mais trouble. Pour faciliter la décantation, la mettre au froid.la cervoise La cervoise est vraiment terminée. Pour obtenir bulles et mousse, il suffira d’ajouter du sucre sous forme de miel, à raison de 6 à 9g par litre. Mettre en bouteille ou consommer directement depuis un fût en fermentation. Tous les brasseurs s’accordent pour affirmer qu’il n’y a ni bonne cervoise ni bonne bière sans une eau spéciale, en générale de l’eau de source issue de massifs granitiques, légèrement acide. Les eaux calcaires sont rarement utilisées. Exclure les eaux chlorées.

 

Dans leur ouvrage "La cuisine gauloise continue" (éd. Bibracte & Bleu autour), Anne Flouest et Jean-Paul Romac nous proposent différentes recettes de cervoises : Cervoise à la fleur de sureau ; cervoise à la camomille ; aux petits fruits sauvages ; à l'aneth et au gigembre ; la cervoise du druide ; cervoise au vin de merise ; la petite cervoise de ménage...

 

Sources : http://jean.balsalobre.pagesperso-orange.fr Histoire de la bière - La cuisine gauloise continue, Anne Flouest et Jean-Paul Romac éd. Bibracte & Bleu autour

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de LUTECE
  • Le blog de LUTECE
  • : Petits dossiers sur des thèmes historiques simples mais serieux
  • Contact

Facebook

Retrouvez et devenez amis du Blog de Lutèce sur facebook

Recherche

English & Deutch versions

1348995815 United-Kingdom-flag1348995857 Germany-Flag

Site sélectionné par :

elu-sdj

Livres à lire sur le blog

Vercingétorix - Camille Jullian

L'oeuvre intégrale cliquez ici

  Essai sur la condition des Barbares - Eugène Léotard

Pour lire cliquez ici

 

Articles à venir

_ La borne militaire de l'Empereur Victorin