Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 17:33

  Si tous les jours nous utilisons des mots d'origine gauloise, notre langue a été largement influencée par le latin. Avec l'installation de peuples germaniques en Gaule, de nouveaux mots font leur apparition. Les Francs apportent le mot ban, celui-ci évoluera au fil des siècles pour nous parvenir sous différentes formes.

  La petite histoire d'un mot, c'est l'histoire d'une langue, l'histoire d'un peuple.

 

  Au Vème siècle, les Francs saliens se sont installés dans le Nord de la Gaulle. Ce peuple germanique venu du Nord de l'Europe, a dans ses bagages un mot, tout petit, mais qui fera son chemin. Le mot ban signifiait en francique (la langue des Francs), une "loi", une "règle", dont le non respect entraînait comme cela était prévu dans la loi salique, une sanction.

  Au Moyen-Âge, et à l'époque féodale, le mot ban a pris le sens de "proclamation officielle" destinée a rendre publique la volonté d'un seigneur : lorsqu'il voulait ordonner ou interdire quelque chose, le seigneur faisait crier son ban, c'est-à-dire proclamer par un héraut à voix haute et forte, dans les rues et les campagnes, son ordre, sa loi, sa décision. Parfois le ban était un ban de guerre, par lequel un seigneur suzerain convoquait tous ses vassaux (les nobles qui lui devaient obéissance) pour le servir à la guerre : ainsi, le mot bana désigné aussi, dès le VIIIème siècle, la "convocation" lancée par un suzerain à ses vassaux, lesquels venaient alors se ranger sous la bannièredu seigneur, c'est-à-dire sous l'étendard symbolisant son ban, son autorité.

  "Proclamation" ou "convocation" seigneuriale, le ban à l'époque féodale, était également, par extension, le "territoire soumis au pouvoir et à la justice d'un seigneur"; et, à partir du XIIème siècle, on a donné le nom de banlieue, mot composé de ban et de lieue (ancienne mesure de distance), au territoire d'environ une lieue, soit approximativement quatre kilomètres, situé autour d'une ville, et placé sous l'autorité de cette ville.

  À partir du XIIIème siècle, les installations techniques (four à pain, moulin, pressoir...) appartenant à un seigneur, et situées sur son ban, sur son domaine. Ces installations étaient une source de revenus pour le seigneur, car la population, qui devait payer pour en avoir l'usage, ne pouvait utiliser d'autre four, d'autre moulin, d'autre pressoir que le four banal, que le moulin banal, que le pressoir banal... Ce droit que le seigneur avait d'imposer à ses sujets l'usage des installations banales s'appelait la banalité. Après l'époque féodale, l'adjectif banal est devenu synonyme de "communal" : le four banalétait le four à pain du village, de la commune, un équipement mis à la disposition de tous les habitants, et donc un bien commun, ordinaire. Au XVIIIème siècle, banal a ainsi pris un sens figuré, celui de "commun, sans originalité, sans particularité", son sens actuel. Et le mot banalité dès lors s'est employé pour désigner le "caractère de ce qui est commun, ordinaire".

  Autre dérivé du mot ban, le verbe bannir. Au XIème siècle, ce verbe signifiait "rassembler, convoquer une armée en faisant crier le ban, l'appel à la guerre", et, plus généralement, "proclamer, faire une annonce à son de trompe, à cris public". À partir de XIIIème siècle, bannir a pris aussi le sens de "proclamer une condamnation à l'exil", "exiler (sur décision d'une autorité), expulser, chasser, exclure"; et, avec ce sens (qui a peu à peu éliminé les précédents), bannir a eu comme synonyme le verbe forbanir, aujourd'hui disparu, mais à partir duquel a été créé, toujours au XIIIème siècle, le nom forsban, qui a d'abord signifié "bannissement", puis qui a servi à désigner un "pirate" : en effet littéralement, forsban signifie "hors du ban" (le préfixe fors- ou for- étant issu du latin fortis, "hors de"); or, le pirate est un hors-la-loi, qui refuse de se soumettre à un quelconque ban, à une quelconque autorité... Il mérite donc bien le nom de forsban, ou, en version moderne, de forban.

  Au XVIème siècle, le mot ban qui s'employait toujours, comme au Moyen Âge, pour exprimer l'idée de l'autorité et du pouvoir exercé par un seigneur sur un territoire, et pour désigner une "proclamation", une "annonce publique" et une "convocation", a reçu en plus le sens d'"exil", puisque bannir désormais signifiait "exiler"; à la même époque, on a aussi donné le nom de ban à l'ensemble des nobles convoqués par un roi, un prince, un seigneur... pour l'aider et l'assister dans une guerre.

heraut-sonnant-vers-la-droi  Autrefois les annonces publiques et les proclamations officielles, les bans, donc, étaient signalés et accompagnés de roulements de tambour ou de sonneries de trompette, qui, au XVIIème siècle, ont également été appelés des bans. Au XIXème siècle, dans le prolongement de ce sens , un ban est devenu une"salve d'applaudissements rythmés" ou une "ovation".

  Aujourd'hui, on n'utilise plus beaucoup le mot ban, sauf dans quelques locutions et expressions, comme par exemple publier les bansbans, généralement au pluriel, a le sens d'"annonce officielle d'un mariage". On peut citer aussi l'expression convoquer le ban et l'arrière-ban, dans laquelle ban est pris au sens de "ensemble des nobles convoqués à la guerre par un seigneur", et qui signifie, de manière figurée, "convoquer tout le monde (famille, amis, connaissance...)". On dit encore mettre au ban, pour "mettre à l'écart", et ban est dans ce cas synonyme d'"exil" : mettre quelqu'un au ban de la société, c'est le déclarer indigne, le désigner comme méprisable et infréquentable, ce qui d'une certaine manière revient à l'exiler.

  Fermez le ban.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Viviane Paris 21/10/2010 15:06


Bravo, encore un excellent article bien documenté et fort intéressant, vous méritez un ban d'honneur !


Présentation

  • : Le blog de LUTECE
  • Le blog de LUTECE
  • : Petits dossiers sur des thèmes historiques simples mais serieux
  • Contact

Facebook

Retrouvez et devenez amis du Blog de Lutèce sur facebook

Recherche

English & Deutch versions

1348995815 United-Kingdom-flag1348995857 Germany-Flag

Site sélectionné par :

elu-sdj

Livres à lire sur le blog

Vercingétorix - Camille Jullian

L'oeuvre intégrale cliquez ici

  Essai sur la condition des Barbares - Eugène Léotard

Pour lire cliquez ici

 

Articles à venir

_ La borne militaire de l'Empereur Victorin