Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 19:31

Réponse à la question du mois qui était : 

  En 52 avant J.C., les Parisii affrontèrent les troupes de Caius Julius Caesar. La bataille fut remportée par les armées romaines. Les combattants gaulois qui y laissèrent leur vie furent inhumés à un endroit où, plus tard, fut érigé un monument parisien fort visité. Quel était ce monument ?*  

 

 

  En l'an -52 , la plaine de Garanella, à Lucotecia[1] fut le lieu d'un combat opposant les troupes du chef gaulois Camulogène aux légions du général romain Labienus.

    

  La plaine de Garanellase situait dans l'actuel quartier de Grenelle à Paris, qui s'étend des Invalides jusqu'aux anciens terrains marécageux de Javel en bordure de Seine à l'ouest, et à l'actuelle périphérie sud-ouest de la capitale. La terre de la plaine de Grenelle difficile pour l'agriculture, fut longtemps très éparsement peuplé malgré la proximité de Paris.

 

  Le nom vient du latin Garanella, qui signifie « petite garenne », donné à la plaine. Peu à peu le nom de Garanella devint Guarnelles, puis Garnelles avant de prendre son nom actuel.

 

  En l'an 700 de Rome, Jules César envoya son lieutenant Labiénus avec quatre légions et une partie de sa cavalerie affronter les Parisii qui avaient refusé de déléguer des députés à l'assemblée des principaux États de la Gaule, ceux-ci résolurent de se défendre, demandèrent des renforts aux pays environnants et confièrent la direction de la défense à Camulogène (de la cité d'Évreux), un vieillard dont le grand âge doublait d'expérience la science militaire. Le vieux chef évita tout d'abord le combat, afin de donner à ses troupes ; plus courageuses qu'aguerries, le temps de se former, et voulant tirer parti de l'avantage que lui offraient les marais qui s'étendaient au sud de Lutèce, il commença par faire détruire le pont qui permettait d'accéder à la petite cité et vint se retrancher dans les marécages, afin de disputer le 


Les Gaulois se battaient nus
jusqu'à la ceinture

 passage aux Romains et défendre l'approche de la ville, plutôt que d'attendre dans son sein l'attaque de l'ennemi.

  Bientôt, fortifiés dans leurs positions, les Parisii ne demandèrent qu'à en venir aux mains avec les Romains. Labiénus arrivé devant le camp de Camulogène, chercha à forcer le passage, mais sa tentative fut inutile ; il fut repoussé et il eût vu peut être périr toutes ses légions, s'il n'eut fait une prompte retraite.

  Au milieu de la nuit, il décampa et retournant sur ses pas, le général romain vexé par l'échec qu'il venait de subir, se jeta sur Melun, dont les habitants étaient pour la plupart accourus pour grossir l'armée de Camulogène, et saccagea la ville. Puis il descendit le long du fleuve emmenant avec lui une flotille d'une cinquantaine de barques et se présenta, de nouveau devant Lucotecia pour l'assiéger.

  Prévenu par des survivants au massacre, Camulogène ordonna d'incendier la ville, de rompre les ponts de bois et toujours protégé par le marais, il demeura dans le camp vis-à-vis des Romains dont il était séparé par la rivière.

  Ces modestes habitations de bois, c'était tout ce que possédaient les malheureux Gaulois et les flammes qui montaient et tourbillonnaient dans l'espace, en colorant les eaux du fleuve d'une teinte rougeâtre, anéantissaient leur patrimoine, mais qu'importe, l'honneur des Parisii l'exigeait et ils en faisaient volontiers le sacrifice, préférant perdre leurs biens que de les voir tomber au pouvoir de l'ennemi. Or, tandis que ceci se passait, Labiénus fut averti qu'il ne lui était plus permis de compter sur le secours de César en cas de défaite ; son armée, menacée par la défection des Éduens (peuple qui habitait le pays situé entre la Saône, la Loire et le Rhône), se repliait sur la province Narbonnaise.

  Il fallait donc se hâter de vaincre ou de mener ses troupes à Agendicum (Sens). La ruse devait venir en aide à la force. A la tombée de la nuit, Labiénus convoqua son conseil, exhorta ses officiers à faire leur devoir puis il ordonna à une partie de ses troupes de monter sur les barques et de descendre le fleuve en silence, à la


Cavalier gaulois après l'invasion romaine
(premier siècle de l'ère chrétienne,
d'après les sculptures anciennes)

distance d'environ 4000 pas. Arrivés à destination, ils avaient ordre de faire halte et de l'attendre. Puis, pour donner le change, il envoya cinq cohortes avec des bagages remonter bruyamment le long du fleuve ; en même temps des bateliers furent chargés de se diriger du même côté, en frappant bruyamment l'eau de leurs rames. Ce stratagème réussit, soldats et bateliers attirèrent l'attention des Gaulois qui pensèrent que les Romains quittaient progressivement les lieux. Mais Labiénus qui avait rejoint les troupes, passa la Seine à la faveur d'un orage épouvantable dont le bruit couvrit celui de son mouvement. À l'aube, découvrant le déplacement des romains, Camulogène se mit vivement à la tête du gros de son armée pour s'opposer à la marche de Labiénus.

  Les belligérants se trouvèrent face à face dans la plaine de Grenelle. Bientôt une nuée de flèches et de javelots obscurcit l'air. Camulogène commandait en personne et encourageait ses guerriers par la voix et par l'exemple. D'abord la victoire parut incertaine. Mais soudain une légion romaine, ses étendards dépliés, attaqua les Gaulois par derrière et leur coupa la retraite. Alors ce fut une mêlée épouvantable, un horrible carnage; les hommes combattaient corps à corps; mais une fois de plus l'organisation et l'expérience du combat des légions romaines leur donna l'avantage. On se battait avec un égal acharnement, mais les Gaulois ne purent soutenir longtemps le choc des légions victorieuses.

 

  Malgré une courageuse résistance, les troupes gauloises furent défaites et passées par les armes. Camulogène, se portait aux endroits les plus périlleux et se jetait au plus fort de la mêlée. Ce premier défenseur de la liberté parisienne trouva, la mort qu'il cherchait, lorsqu'il vit que tout espoir de vaincre était perdu.

 

  La victoire des Romains fut complète. Ces derniers, en honneur à leur victoires rebatisèrent la plaine "Champs de Mars". Les nombreux guerriers Gaulois qui avaient succombé furent enterrés sur place, à l'endroit même où quelques siècles plus tard fut érigée... la Tour Eiffel.

 

  Labiénus se retira à Agendicum, laissant derrière lui les ruines fumantes de Lucotecia. La ville gauloise brulée allait, comme le phénix de la fable, renaître de ses cendres, mais pas tout à fait au même endroit[2].

 

[1] Nom gaulois de la capitale de Parisii. Lutèce est le nom romanisé.

 

Sources : Paris à travers les siècles, histoire nationale de Paris et des parisiens depuis la fondation de lutéce, jusqu'à nos jours (1879) - Les Campagnes de Jules César dans les Gaules, études d'archéologie militaire, Félicien de Saulcy(1862)

 

* Merci à tous ceux qui ont participé à cette première question, en répondant ou en effectuant des recherches. Je pensais que la question ne serait pas difficile, mais en fait je me trompais. Il y a très peu de sources sur internet traitant ce sujet, aussi la recherche n'était pas simple. Tant mieux !

Bravo (petit bravo) à Chantal qui a donné la bonne réponse tout en avouant qu'elle répondait au hasard.

Bravo (demi bravo) également à Viviane qui, visiblement a elle aussi répondu au hasard, en donnant trois réponses possibles (c'est de la triche !)

La vraie gagnante est en réalité Claudine dont voici la réponse : Les Gaulois vaincus par les armées de Labenius auraient bien été inhumés au Champ de Mars ? le monument actuel étant la Tour Eiffel.

Auteur du riche blog lejardindutemps.com consacré entre autre à l'histoire et le patrimoine de sa région, Claudine remettra son titre de championne en jeu dès le mois prochain

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lutece - dans Les Gaulois
commenter cet article

commentaires

grégoire 19/02/2017 12:31

Bien expliqué, mais vous êtes encore un cran en-dessous de la vérité, encore plus cruelle. La guerre menée par les Romains a donné lieu à un génocide, le génocide du peuple celte et de sa culture. Et on n'a peu de traces sur le sujet justement en raison du négationnisme véhiculé par la puissance impérialiste romaine.

sittelle 03/02/2011 20:07


Merci Monsieur, c'est trop gentil! grâce à vous je connais désormais beaucoup mieux l'histoire gauloise de mon coin et vous remercie... Je me demande bien si mes Véliocasses avaient rejoint
Camulogène ? le sens de circulation n'allait pas trop du sens Vallée de l'Oise vers Lutèce; on allait plutôt vers Beauvais ou Chartres ? ou alors en bateau en remontant la Seine ? C'est curieux,
ici en vallée de Seine, nous continuons à nous déplacer le long des rives sans traverser le fleuve très souvent et les gens ne se connaissent pas trop de chaque côté ! très bonne soirée


Présentation

  • : Le blog de LUTECE
  • Le blog de LUTECE
  • : Petits dossiers sur des thèmes historiques simples mais serieux
  • Contact

Facebook

Retrouvez et devenez amis du Blog de Lutèce sur facebook

Recherche

English & Deutch versions

1348995815 United-Kingdom-flag1348995857 Germany-Flag

Site sélectionné par :

elu-sdj

Livres à lire sur le blog

Vercingétorix - Camille Jullian

L'oeuvre intégrale cliquez ici

  Essai sur la condition des Barbares - Eugène Léotard

Pour lire cliquez ici

 

Articles à venir

_ La borne militaire de l'Empereur Victorin