Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 17:56

   Martin est né en l’an 316 dans la province romaine de Pannonie dans la cité de Sabaria, l’actuelle ville de Szombathely en Hongrie. C'est l’époque du développement de la Chrétienté, il a vraisemblablement été en contact avec des chrétiens des son enfance. Et déjà vers l’âge de 10 ans, il voulut se convertir au christianisme

Son père, dont la famille est originaire de Pavie en Italie du nord, était tribun militaire de l'Empire romain, c'est-à-dire un officier supérieur chargé de l’administration de l’armée.
En tant que fils de magistrat militaire, Martin suit son père au gré des affectations de garnison. Celui-ci considère naturellement l'empereur comme un dieu vivant. Il est donc est irrité de voir son fils tourné vers une foi nouvelle. Ainsi, alors que l'âge légal de l’enrôlement est de 17 ans, il force son fils de 15 ans à entrer dans l’armée.

Martin a le grade de circitoravec une double solde ; le rôle du circitor est celui de mener la ronde de nuit et d’inspecter les postes de garde et la surveillance de nuit de la garnison. Il possède alors un esclave, mais il le traite comme son propre frère.

Alors qu'il était en garnison à Amiens dans le nord de la Gaule, et qu'il faisait sa garde par une froide nuit d'hivers, Martin rencontra un pauvre hère à demi-nu qui tremble de froid. Pris de pitié pour cet homme, il coupa son manteau d'un coup d'épée et en donna la moitié au vagabond.
Cet acte lui valu les railleries de sa compagnie, mais la nuit suivante, pendant qu'il dormait, Jésus revêtu du demi-manteau donné par Martin, lui apparu en songe alors qu'Il disait a Dieu : "J'avais froid, mais Martin m'a réchauffé"


Marqué par cet évênement, Martin qui a 18 ans se fait baptiser.

Les grandes invasions germaniques se préparent ; les Barbares sont aux portes de l’empire et en mars 354, Martin participe à la campagne sur le Rhin contre les Alamans. Martin désormais fervent catholique ne veut verser le sang d'un autre homme, il refuse de se battre. Pour prouver qu’il n’est pas un lâche et qu’il croit à la providence et à la protection divine, il propose de servir de bouclier humain. Il est enchaîné et exposé à l’ennemi mais, pour une raison inexpliquée, les Barbares demandent la paix !

En 356, ayant pu quitter l’armée il se rend à Poitiers pour rejoindre Hilaire, évêque de la ville depuis 350, mais son statut d’ancien homme de guerre empêche Martin de devenir prêtre.
A cette époque la Chrétienté est déchirée par des courants de pensée qui se combattent violemment et physiquement et les ariens, disciples d’un prêtre, Arius qui nie que le Christ soit Dieu fils de Dieu, sont très influent au près d'un pouvoir politique qui doute et qui sent pointer la chute de l'empire.
Martin décide de rejoindre ses parents en en Illyrie* afin de les convertir. Il réussit à convertir sa mère mais son père reste étranger à sa foi.
Dans cette région c’est la foi arienne qui est la foi dominante et Martin qui est un fervent représentant de la foi trinitaire doit sans doute avoir de violentes disputes avec les ariens car il est publiquement fouetté puis expulsé. Il s’enfuit et se réfugie à Milan mais là aussi les ariens dominent et Martin est à nouveau chassé.

En 360, Martin revient à Poitiers. Agée de 44 ans, il il s’installe sur un domaine gallo-romain qu'Hilaire lui indique près de Poitiers. Martin y crée un petit ermitage, que la tradition situe à 8 km de la ville : l’abbaye de Ligugé où il est rejoint par des disciples. Il crée ici la première communauté de moines sise en Gaule. Ce premier monastère occidental est le lieu de l’activité d’évangélisation de saint Martin pendant dix ans. Il y accomplit ses premiers miracles et se fait ainsi reconnaître par le petit peuple comme un saint homme.

En 370 à Tours, l’ évêque en place venant de mourir ; les habitants veulent choisir Martin mais celui-ci s’est choisi une autre voie et n’aspire pas à être évêque. Les habitants l’enlèvent donc et le proclament évêque le 4 juillet 371 sans son consentement ; Martin se soumet en pensant qu’il s’agit là sans aucun doute de la volonté divine.

Bien que maintenant évêque, il ne modifie en rien son train de vie, il a un aspect pitoyable dû aux mortifications et aux privations qu’il s’inflige et porte des vêtements rustiques et grossiers.
Il  crée un nouvel ermitage à 3 km au nord-est des murs de la ville : c’est l’origine de Marmoutier** avec pour règle la pauvreté, la mortification et la prière. Les moines doivent se vêtir d’étoffes grossières sur le modèle de saint Jean-Baptiste qui était habillé de poil de chameau. Ils copient des manuscrits, pêchent dans la Loire ; leur vie est très proche de ce que l’on peut lire dans les Évangiles sur la vie des premiers apôtres, jusqu’aux grottes qui abritent dans les coteaux de la Loire des habitations troglodytes où s'isolent des moines ermites.
Martin sillone le territoire de la Gaule et là où il ne peut pas aller, il envoit ses moines afin de convertir les populations, notamment dans les campagnes, faisant détruire temples et idoles ou par exemple abattre un pin sacré. Il prêche avec succès auprès des paysans, forçant le respect par l’exemple et le refus de la violence. Il sait parler aux petits et il utilise à merveille la psychologie par sa connaissance des réalités quotidiennes et l'utilisation de paraboles simples que le petit peuple comprend, tel que le Christ le faisait.

Début novembre 397 Martin se rendit à Candes pour y effectuer une visite pastorale car les clercs de cette église se querellaient. La paix restaurée, il voulut regagner son monastère, mais hélas épuisé parc cette vie heureuse de soldat du Christ il s'éteignit.

* Province romaine, correspondant à peu près à l'Ouest de la Croatie, de la Slovénie et de l'Albanie actuelle.
** http://www.encyclopedie-universelle.com/abbaye%20de%20Marmoutier.html

Prière à Saint Martin :

" Saint Martin, priez pour moi, je me recommande bien à vous, grand saint de la France, moi si pauvre et si mauvais ; je me mets sous votre protection... Plus on est misérable plus on a besoin d’un puissant protecteur... Je m’adresse à vous, qui êtes si puissant au ciel. Ne me repoussez pas, exaucez-moi, soutenez-moi dans cette vie et à l’heure de la mort, afin que je sois fidèle aux grâces que le Bon Dieu me donne, et que je console son Coeur autant que possible, en Lui, par Lui, et pour Lui. Amen.




SAINT MARTIN PARTAGE SON MANTEAU AVEC UN MENDIANT par LE GRECO

Domenikos Theotokopoulos dit Le Greco est né en Crète en 1541.
Il se forme essentiellement à Venise où il s'installe en 1567. Il y travaille aux côté du Titien, mais s'inspire principalement du Tintoret qu'il côtoie également.
En 1570, il est à Rome, où il découvre l'art italien, de Raphaël à Michel-Ange.
A Tolède, dans le centre de l'Espagne où il s'est installé en 1577, il atteint le sommet de son art. Le succès dont il jouit lui permet de vivre dans le luxe, les commandes religieuses et privées affluent en particulier de nombreux portraits.
Le Greco meurt le 7 avril 1614 à Tolède. il y est inhumé religieusement dans l'Eglise de Santo Domingo el Antiguo.
La plupart de ses tableaux se trouvent aujourd'hui en Espagne à Tolède, à Madrid et aux États-Unis ; le musée du Prado à Madrid possède une quarantaine de ses œuvres dont de nombreuses "copies" dues à son atelier qui fonctionnera avec son fils.
Après sa mort, ses œuvres tombent dans un oubli relatif, ce n'est qu'à la fin du XIXème siècle que des artistes et des critiques s'intéressent à son expression très personnelle. La libération des formes, lumière et couleur typique de l'oeuvre du Greco inspirèrent de nombreux artistes.

 PETITE ANALYSE DE L'OEUVRE

 
 Dans l'iconographie*** de la peinture, l'armure est l'attribut des soldats. Nous voyons donc Martin vêtu non pas comme un soldat du IVème siècle, période à laquelle il vécu, mais avec une armure du  XVIIème, siècle durant lequel vécu Le Greco.

Saint Martin chevauche un cheval dont la blancheur évoque la pureté de l'âme de son cavalier.

De son épée il coupe sa cape, épisode le plus connue de sa vie et acte fondamental pour tout chrétien, la charité.
Le reste de sa cape sera placé plus tard, à la vénération des fidèles, dans une pièce dont le nom est à l'origine du mot : chapelle (cappella en italien, chapel en anglais, Kapelle en allemand).

Lors d'un rêve Martin voit le Christ revêtu de la partie de sa cape qu'il donna au pauvre. Rencontra t-il Jésus ce soir là ou peut être faut il plutôt comprendre qu'Il est en chaque personne qui souffre.

Si l'évènement se déroula à Amiens, c'est Tolède que le Greco représenta en arrière plan.
















*** L'iconographie c'est la description et l'interprétation d'œuvres appartenant aux arts visuels. En histoire de l'art, étude des diverses représentations figurées d'un objet ou d'un personnage (par exemple, un saint portant des clefs représente généralement Saint Pierre) qui permet de replacer l'oeuvre dans son contexte historique. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mendragor 24/03/2009 12:37

Article est très bien fait et très complet. Nouveau sur over-blog, j'ai survolé ton blog et prendrai plus de temps pour le parcourir tant il m'intéresse...

Lutece 24/03/2009 16:09


Merci vous pouvez éventuelement vous inscrire à la newsletter qui vous avertira des nouveaux articles parus. A bientôt


descendant de Clovis 19/03/2009 17:37

A cette époque les soldats romains devaient payer sur leur solde la moitié de leur équipement, c'est la raison pour laquelle Martin coupa sa cape en 2 et ne donna au pauvre que la moitié qui lui appartenait ne pouvant la lui donner en entier.
Cet article sur Saint Martin et très bon, documenté avec beaucoup de recherche et bien illustré.

Lutece 19/03/2009 18:37


Merci pour cette précieuse précision que j'inclurai prochainement dans ce dossier.


Présentation

  • : Le blog de LUTECE
  • Le blog de LUTECE
  • : Petits dossiers sur des thèmes historiques simples mais serieux
  • Contact

Facebook

Retrouvez et devenez amis du Blog de Lutèce sur facebook

Recherche

English & Deutch versions

1348995815 United-Kingdom-flag1348995857 Germany-Flag

Site sélectionné par :

elu-sdj

Livres à lire sur le blog

Vercingétorix - Camille Jullian

L'oeuvre intégrale cliquez ici

  Essai sur la condition des Barbares - Eugène Léotard

Pour lire cliquez ici

 

Articles à venir

_ La borne militaire de l'Empereur Victorin